Stéphan Grégoire : « On savait que ce serait difficile »

US-Racing était présent en début d’année lors de l’annonce du programme sportif 2008 de Stéphan Grégoire et avait couvert sa participation aux 24 Heures de Daytona. La seconde étape aurait dû être l’Indy 500, mais les circonstances en ont décidé autrement. Aujourd’hui, Stéphan s’apprête à disputer ses deuxièmes 24 Heures du Mans après une première apparition en 2003 chez Courage (7ème place à l’arrivée). Le pilote vosgien est cette année engagé au sein de l’excellente équipe Rollcentre, sur une Pescarolo Judd qu’il partage avec Joao Barbosa et Vanina Ickx. Il revient pour US-Racing sur sa saison 2008.

US-Racing : Vous aviez fait un pari cette année, celui de disputer le triplé Daytona/Indianapolis/Le Mans. Ce sera finalement deux sur trois.

Stéphan Grégoire : On savait très bien dès le début que ça n’allait pas être facile et en plus, il s’est passé quelque chose de très important en fin d’hiver avec la réunification des deux séries IndyCar et Champ Car, ce qui a enlevé pas mal d’opportunités. J’étais en contact avec le même team que l’année dernière, Chastaing, lequel avait prévu de refaire Indianapolis cette année. Mais avec la réunification, ils ont décidé de ne pas le faire car c’était trop risqué pour se qualifier avec la voiture qu’on avait. D’ailleurs ceux qui ont tenté se sont crashés. Donc on savait que ce serait difficile, mais c’était un petit projet sympathique qui avait été décidé entre moi et Olivier Michel, qui me soutient avec son entreprise HighCo. Maintenant mon objectif, c’est surtout Le Mans, car j’aimerais faire les Le Mans Series à temps complet. C’est vraiment une série qui me plait beaucoup et en plus cela correspond au marché de mon partenaire HighCo. Daytona c’était en préparation du Mans, pour disputer une course de 24 heures. Et Indianapolis, c’est l’originalité du triplé. Et puis je voulais faire ma dernière course à Indianapolis.

US-Racing : La dernière ? C’est un scoop ?

Stéphan Grégoire : Si je l’avais fait, j’aurais annoncé que c’était la dernière fois, cela aurait été sympa de le faire comme ça. J’ai démarré le sport auto en 1988, nous sommes en 2008, je me disais que c’était la bonne opportunité pour dire que c’était mon dernier Indy 500. A Indianapolis, il faut une bonne voiture, sinon c’est quasiment impossible de faire un bon résultat. Si c’est pour faire comme Phil Giebler qui s’est crashé avec ce qui devait être ma voiture… On ne dirait pas, mais Indianapolis c’est vraiment difficile, donc il ne faut pas le faire n’importe comment.

US-Racing : Donc est-ce qu’on vous reverra à Indianapolis en 2009 ?

Stéphan Grégoire : pourquoi pas, si on arrive à trouver un partenaire. Avec un bon partenaire, on peut arriver à trouver un volant de qualité. Cette année je n’avais rien. A la dernière minute, j’avais deux ou trois possibilités, mais rien de valable. Maintenant je suis au Mans, dans une équipe qui a fait ses preuves, avec une bonne voiture et avec des équipiers très sympa. C’est très important car pour moi le sport auto c’est un sport d’équipe et j’ai envie de me faire plaisir. C’est important quand il y a une bonne ambiance. Ce serait bien de finir dans les six premiers. L’an dernier, l’équipe a fini quatrième.

US-Racing : Et après le Mans il y a quelque chose de prévu ?

Stéphan Grégoire : Non pas cette année. Par contre l’année prochaine, je vais continuer les discussions avec cette équipe et d’autres pour faire Les Le Mans Series. Actuellement, je suis engagé en IndyCar pour conduire l’IndyCar biplace. Avec Davey Hamilton, nous avons un contrat pour faire toute l’année. Donc en raison de cet engagement, je ne peux rien prévoir d’autre.

LA CARRIERE DE STEPHAN GREGOIRE EN QUELQUES DATES

Né le 14 mai 1969
1988 : vainqueur de la coupe AX
1989 : 5ème Formule Renault (1 victoire)
1990 : Champion de France de F3 (championnat B)
1991-1992 : F3 France (2 victoires, 5ème du championnat en 92)
1993 : Indy 500 (19ème, rookie of the year)
1994 : Indy 500 (non qualifié)
1995 : IMSA
1996-2001 : IRL (11ème du championnat 1997, 8ème des 500 Miles d’Indianapolis 2000)
2003 : ALMS, 24h de Daytona, 12h de Sebring (3ème catégorie GT)
2004-2005 : Grand-Am (Crawford Pontiac/Spirit of Daytona)
2006 : Indy 500
2007 : Grand-Am (Spirit of Daytona/Vision Racing)
2008 : 24h de Daytona (BMW Riley/Fortune Market Racing) et 24h du Mans (Pescarolo/Rollcentre)

Carrière IRL : 46 courses disputées, 7 top 5, 17 top 10, 89 tours en tête. Meilleur résultat : 2ème Pikes Peak 1997.

pulvinar eget commodo velit, quis ut venenatis, sit facilisis odio amet,