Grand-Am : Raphael Matos, l’alchimiste

Décidément, Raphael Matos gagne partout où il passe. Champion en Star Mazda en 2005, en Atlantic Series en 2007 et en Indy Lights cette année, vainqueur des 24 Heures de Daytona catégorie GT en janvier, voilà que le talentueux Brésilien s’est imposé à l’occasion de son premier départ au volant d’une Daytona Prototype.

Matos a rejoint pour la finale du Grand-Am le Michael Shank Racing, aux côtés des pilotes réguliers de l’équipe Ian James et John Pew. Il a pu profiter d’un excellent ravitaillement de la part de ses mécanos pour se placer en tête lors de la dernière neutralisation de la course. Au drapeau vert, Matos parvenait à creuser l’avantage sur la Dallara de Max Angelleli et de Michael Valiante. Il menait les 28 derniers derniers tours et passait la ligne d’arrivée avec 30 secondes d’avance.

C’est la troisième victoire en Grand-Am pour le Michael Shank Racing (les deux autres ayant été signées par la paire Negri/Patterson).

Les champions en titre Jon Fogarty et Alex Gurney, associés ce week-end à Jimmy Vasser, ont décroché la troisième place. Ils doivent néanmoins laisser le titre de champion au duo du Chip Ganassi Racing Scott Pruett et Memo Rojas (neuvièmes hier).

Joao Barbosa, Hurley Haywood et J.-C. France ont terminé quatrièmes sur la Brumos Riley. Le poleman Ricardo Zonta et son équipier Nic Jonsson complètent le top 5.

En GT, Kelly Collins et Paul Edwards ont remporté la victoire et le titre au volant de leur Pontiac.

A l’heure du bilan, difficile de ne pas revenir sur la situation de Raphael Matos : brillant vainqueur en F. Atlantic l’année dernière, le Brésilien avait en théorie empoché le chèque d’un million de dollars susceptible de lui valoir un volant en Champ Car. Mais la situation de ce championnat était telle que Matos avait préféré – et la suite lui a donné raison – passer vers l’IRL et faire une saison en Indy Lights.

Après avoir décroché à nouveau le titre dans cette catégorie il y a deux semaines, Matos est pour l’instant dans l’attente. Les bons volants en Indycar sont déjà pourvus et le Brésilien n’a pas le budget pour intéresser une plus petite équipe. A ce jour, et malgré son évident talent et ses résultats en piste, Raphael Matos est sans volant pour 2009.

Y aura t-il enfin quelqu’un pour confier un volant IndyCar à Rafa ?

ultricies libero. libero odio leo Nullam suscipit id