Qui aurait pu penser en début d’année que Juan Pablo Montoya, seulement 25ème au classement final de la NASCAR Sprint Cup l’année dernière, allait être en mesure de se qualifier pour les playoffs et même d’être dans le top-10 du classement général avant l’épreuve d’Indianapolis ? Pas grand monde, et lui même doit en être le premier surpris.

Si le passage du colombien du Dodge à Chevrolet à peut-être changé quelque chose, Montoya s’est surtout montré en étant très régulier sur l’ensemble de sa saison. Certes il n’a aucune victoire cette année, ni même de top-5, mais ses neuf top-10 et treize top-15 lui permettent actuellement d’être neuvième du classement général de la NASCAR Sprint Cup.

La régularité, voici la nouvelle arme du colombien qui semble enchainer les top-10 comme des perles en ce moment. Il reste toutefois un point où doit vite progresser : le début de course, où sa voiture est souvent mal réglée et il n’est pas rare de le voir à un tour lorsqu’un drapeau vert s’éternise sur le début d’une épreuve. Même si il finit généralement bien les courses, un bon début ne pourrait que l’avantager.

Alors Montoya dans le top-10: leurre où réelle possibilité de jouer le titre cette année ? Au vue de ses résultats, le chase est envisageable. S’il se retrouve devant des garçons comme Kyle Busch, Matt Kenseth, Greg Biffle ou encore Jeff Burton, ce n’est pas par hasard.

L’ancien pilote de Formule Un doit essayer de garder la bonne dynamique qui est la sienne en ce moment afin de marquer un maximum de points lors de chaque épreuves, car il en aura besoin. Première étape: Indianapolis, un circuit qu’il connait bien et qu’il affectionne pour avoir remporté les célèbres 500 miles. Il n’a jamais gagné sur ce circuit mais avec une position moyenne à l’arrivée de 7.5, Montoya est le pilote avec la meilleure position moyenne à l’arrivée ici. Donc pourquoi ne pas envisager un top-5 ou une victoire ce week-end ?

Statistiquement, les circuits suivants ne devraient pas l’aider pour accéder aux playoffs. En revanche, il faut souligner que Montoya n’a disputé que deux saisons complètes et qu’il n’a jamais été aussi bon que cette année. Les statistiques ne sont donc pas vraiment déterminantes pour le pilote Earnhardt-Ganassi.

En regardant ses résultats cette année, on s’aperçoit que Montoya a fini dans le top-10 à Pocono, au Michigan, à Richmond et à Bristol. Tous ces circuits seront de nouveau visités avant le chase. Le circuit routier de Watkins Glen constitue aussi une bonne nouvelle pour Montoya, très adroit sur les circuits routiers. Pour l’épreuve d’Atlanta, on ne peut que lui souhaiter que ce rendez-vous se déroule mieux qu’en début d’année où il s’était classé 27ème, ce qui constitue l’un de ses moins bons résultats en 2009.

En résumé, si Montoya arrive à garder sa bonne dynamique de top-10, le chase devrait être une pure formalité pour lui. Attention toutefois à ne pas enterrer la concurrence qui dispose en théorie d’un meilleur matériel comme Kyle Busch ou le deux pilotes Roush, Kenseth et Biffle.