Sebastian Vettel offre la Course des Nations à l’Allemagne

Avec Michael Schumacher dans son équipe, l’Allemagne faisait évidemment partie des favorites pour la Course des Nations 2007. Mais c’est contre toute attente grâce à son coéquipier Sebastian Vettel, le nouveau petit prodige Allemand, que l’équipe s’est finalement imposée.

Dans un dernier duel face au Finlandais Heikki Kovalainen, Vettel a démontré à tous ceux qui doutaient encore de son talent qu’il était à la hauteur. Lors de cette dernière course, il a bouclé les deux tours de circuit en 1:49:63 soit le record absolu du week-end et cela au volant du ROC Car pas forcement adapté la piste. Pour comparaison, c’est Michael Schumacher qui détenait jusqu’alors le record en 1:49:71 au volant du Prototype de Solution F.

La Finlande semblait cependant bien partie pour décrocher son deuxième titre consécutif après sa victoire en 2006 au Stade de France. Après avoir éliminé la France au premier tour (2-1) suite à la sortie de piste de Sébastien Bourdais puis s’être débarrassé des frères Solberg de l’équipe de Norvège en demi-finale (2-0) rien ne semblait pouvoir arrêter l’équipe nordique.

Quand au départ du premier duel, Michael Schumacher est resté scotché sur la ligne de départ, les spectateurs ne donnaient pas chère de la peau de Sebastian Vettel et de l’équipe d’Allemagne face à Marcus Gronholm au volant de la Ford Focus WRC. Et pourtant, le jeune pilote allemand ne s’est pas laissé impressionner à a donné une véritable leçon de pilotage au volant d’une voiture qu’il ne connaissait pas avant ce week-end.

Ce sont donc finalement les deux plus jeunes pilotes qui se sont retrouvés en finale pour défendre les couleurs de leur pays. Pour mémoire, durant la conférence de presse, Sebastian Vettel n’avait pas manqué de rappeler à Heikki Kovalainen qu’il était déjà bien plus vieux que lui.

La finale a été somptueuse et jusqu’au bout les deux pilotes étaient en mesure de s’imposer, mais c’était définitivement le jour de Sebastian Vettel. Il a coupé la ligne d’arrivée avec un peu plus d’une seconde d’avance pour offrir la victoire à l’équipe d’Allemagne et à son mentor Michael Schumacher qui n’a pas manqué de le féliciter sous les ovations d’un public conquis.

ut id velit, tempus Nullam Aliquam nec justo