La Californie, une destination historique de la Nascar

Pour la deuxième course de la 60e saison de son histoire, la Nascar se rend ce week-end en Californie. Tout juste une semaine après les Daytona 500, les 43 voitures de la Sprint Cup se disputeront les Auto Club 500 sur le California Speedway, l’ovale de 2 miles situé à Fontana. La Nascar possède une très longue histoire dans cet Etat situé géographiquement à l’opposé du berceau de ce sport.

Ce sont pas moins de 119 courses de la première série de la Nascar qui ont déjà été disputées en Californie et qui ont contribué à construire la popularité de la Nascar.

De 1970 à 1981, la Californie a eu l’honneur d’inaugurer la saison de la Nascar par une course routière sur le légendaire Riverside International Raceway. Aujourd’hui, la saison débute avec les Daytona 500. De 1981 à 1986, Riverside a accueilli la dernière course de la saison.

Entre 1974 et 1980, la dernière course de la saison Nascar avait déjà lieu en Californie, plus précisèment sur l’Ontario Motor Speedway.

En 1979, Richard Petty a remporté le dernier de ses 7 titres sur l’Ontario Motor Speedway grâce à sa cinquième place lors des L.A. Times 500. Ceci n’est qu’une petite partie de l’histoire californienne de la Nascar.

En 1951, pour la quatrième année d’existence de la Nascar, pas moins de trois circuits californiens figuraient au calendrier : Carrell Speedway à Gardena, Marchbanks Speedway à Hanford et Oakland Stadium. Les années 50 ont ainsi vu 23 courses de Nascar Sprint Cup et parmi les vainqueurs figurent des légendes. En avril 1951, c’est Marshall Teague qui s’impose lors de la première course disputée en Californie au volant de la fameuse Hudson Hornet (photo) sur le Carrell Speedway.

En mai 1956, le double champion Herb Thomas s’impose sur l’Eureka Speedway. L’année suivante, Marvin Panch remporte la manche d’ouverture de la saison à Lancaster sur le Willow Springs Speedway.

Dans les années 60, le Californien Dan Gurney, pilote vedette de monoplace et de sports-car, gagne cinq fois la course de Riverside, avec deux grandes équipes de la Nascar : Holman-Moody et Wood Brothers.

Dans les années 1970, A.J. Foyt gagna sur l’Ontario Motor Speedway en 1971 et 1972. Dans les années 1980, c’est Tim Richmond qui s’illustre en remportant à quatre reprises la course de Riverside, deux fois en 1982 puis en 1986 et 1987. Dans les années 1990, c’est le tout nouveau California Speedway qui ouvre une nouvelle ère. Le Californien Jeff Gordon s’impose lors des trois premières courses, de 1997 à 1999. Au 21e siècle, c’est son poulain, Jimmie Johnson, double champion en titre de la Nascar et lui aussi Californien qui a remporté à deux reprises cette course.

Cette saison, en plus de Gordon et Johnson, cinq autres pilotes sont engagés en Nascar Sprint Cup Series : Kevin Harvick, Casey Mears, Robby Gordon, David Gilliland et A.J. Allmendinger. Aucun autre Etat américain ne peut se targuer d’avoir autant de pilotes en Sprint Cup.

Circuit Longueur (miles) Revêtement Ville Année Nombre de courses
Ascot Stadium 0,5 Terre Los Angeles 1957, 1959 et 1961 3
Bay Meadows Speedway 1 Terre San Mateo De 1954 à 1956 3
California Speedway 2 Asphalte Fontana Depuis 1997 15
California State Fairgrounds 1 Terre Sacramento De 1956 à 1961 6
Capitol Speedway 0,5 Terre Sacramento 1957 1
Carrell Speedway 0,5 Terre Gardena 1951 et 1954 3
Eureka Speedway 0,625 Terre Eureka 1956 et 1957 2
Infineon Raceway 1,99 Asphalte Sonoma Depuis 1989 19
Marchbanks Speedway 0,5 Terre Hanford 1951, 1960 et 1961 3
Merced Fairgrounds 0,5 Terre Merced 1956 1
Oakland Stadium 0,625 Terre Oakland 1951 et 1954 3
Ontario Motor Speedway 2,5 Asphalte Ontario De 1971 à 1980 9
Riverside International Raceway 2,631 Asphalte Riverside 1958, 1961, et de 1963 à 1988 48
Santa Clara Fairgrounds 0,5 Terre San Jose 1957 1
Willow Springs Speedway 2,5 Asphalte Lancaster 1956 et 1957 2

odio Donec risus libero consequat. vel, ipsum efficitur.