Brad Keselowski prophète en son état !

Brad Keselowski a pris la définitivement la tête des CARFAX 250 sur le Michigan International Speedway dans le tout dernier tour en profitant au mieux de la bataille entre les deux leaders – et favoris de l’épreuve – Kyle Busch et Brian Vickers. La course entre les deux pilotes Toyota s’est d’ailleurs finie dans les stands par une guerre des mots après que les deux protagonistes aient voulu en venir aux mains.

Kyle Busch : “Je suis sûr que je me plains, que je geins et que je suis un pleurnicheur, mais c’est juste stupide. J’aurais dû tenir ma ligne plutôt que d’aller à l’intérieur. La bataille aurait pu avoir lieu entre les deux meilleurs voitures à la fin. Keselowski n’a pas mérité sa victoire.”

Brian Vickers : “Je suis vraiment désolé. J’ai oublié que c’était le ‘Kyle Busch show’. Je pensais que nous étions là pour courir pour la gagne. Je pensais que c’était mon boulot de lui résister, peut-être que non. Dans la ligne des stands – après l’arrivée – il a commencé à pleurer tel un petit bébé. Je lui ai demandé s’il me donnait une minute que je sorte de ma voiture, ainsi nous pourrions en parler comme des hommes. Il a voulu se battre, mais dès que je suis sorti il est parti en courant.”

Lors du dernier arrêt aux stands, sous drapeau jaune, à vingt tours du but, Brad Keselowski n’a pris que deux pneumatiques neufs – le train extérieur – contre quatre à Vickers et Busch. Les trois hommes repartaient derrière Allgaier, qui avait choisi de ne pas s’arrêter et de privilégier la position en piste.

Dès le restart, le pilote Penske se faisait déborder de tous les côtés et l’explication finale entre Kyle Busch et Brian Vickers pouvait enfin avoir lieu. Si ce dernier assumait le commandement de l’épreuve, Kyle ne se laissait pas décrocher pour autant. Mais le tête à queue de Justin Lofton à dix tours du drapeau à damier allait offrir un nouveau restart.

Très survireur en sortie du virage n°2, Vickers parvenait cependant à garder l’avantage sur Busch dans la ligne droite arrière tours après tours alors que ce dernier était pourtant bien plus rapide. Vickers allait cependant perdre la tête de la course sous le drapeau blanc après un énième survirage, cette fois-ci dans le virage n°4. Kyle Busch plongeait à l’intérieur pour prendre les rennes alors que Keselowski était revenu discrètement par l’extérieur.

Le duel allait donc se transformer en bataille à trois et c’est finalement celui que l’on attendait le moins – Keselowski – qui allait en sortir grand vainqueur, pour la plus grande joie de tout le public présent dans les tribunes, puisque le pilote de la JR Motorsports est originaire de Rochester Hills, ville à quelques encablures de Brooklyn.

Brad Keselowski : “J’ai gagné à la maison, c’est quelque chose de fantastique. C’est super de l’emporter devant ses supporters. Je savais que Brian et Kyle allaient se chercher, c’est pourquoi j’étais en embuscade. S’ils étaient restés sagement l’un derrière l’autre je n’aurais eu aucune chance de victoire.”

Sur la ligne d’arrivée, Keselowski devance de 199 millièmes Vickers alors que Kyle Busch doit se contenter de la troisième place. Il fallait remonter à Dover – et une victoire de Keselowski – pour voir Busch en dehors du top-2 à l’arrivée. Le top-10 de cette épreuve est complété par David Ragan, Kevin Harvick, Ryan Newman, le rookie Justin Allgaier, Greg Biffle, Jeff Burton et enfin Paul Menard.

C’est sous un soleil de plomb qu’était donné le départ de cette course. Vickers prenait le commandement de l’épreuve dès les premiers mètres, alors que Trevor Bayne, parti à ses côtés se ratait et perdait d’entrée quelques positions.

Le premier rebondissement de cette course intervenait dès le troisième tours, lorsque Carl Edwards, deuxième du classement général, perdait le contrôle de sa Ford n°60 et allait percuter Trevor Bayne avant de finir sa course dans le mur. Résultat le champion 2007 de la NASCAR Nationwide Series a été obligé d’abandonner. Il s’agit de son premier retrait depuis Darlington en 2008 soit quarante-cinq courses consécutives à l’arrivée.

La course repartait au dixième tour et n’allait être neutralisée pour la seconde fois qu’à l’issue de la première salve de ravitaillements sous drapeau vert suite au fluide déposé sur la piste par Dany O’Quinn Jr..

Dès ce premier long run il apparaissait clairement que Kyle Busch avait une très bonne voitures sur les premiers tours, alors que le champion 2003 récupérait l’avantage dès que le drapeau vert s’éternisait. Cette tendance allait se confirmer dès le restart et jusque à la seconde série d’arrêts sous drapeau vert.

Au classement général pas de changement de position pour les six premiers seuls les écarts évoluent. Kyle Busch compte désormais 339 longueurs d’avance sur Carl Edwards, alors que Keselowski est revenu à cinquante unités de ce dernier. Justin Allgaier est toujours le meilleur rookie en cinquième position mais à déjà 1060 points !

Kyle Busch a mené 32 tours et efface Sam Ard des tablettes puisque cela fait vingt courses consécutives qu’il boucle au moins un tour en tête. En 1983, Ard avait réalisé cet exploit sur dix-neuf épreuves de rang.

id, tristique quis mi, ut amet, odio