Tony Stewart se réveille au bon moment

Depuis le Kansas en octobre 2009, Tony Stewart n’avait plus foulé la Victory Lane, c’est désormais chose faite grâce à son succès obtenu, avec la manière, sur l’Atlanta Motor Speedway pour les Emory Healthcare 500.

Sur la ligne, Tony Stewart devance Carl Edwards, Jimmie Johnson, Jeff Burton, Kyle Busch, Kurt Busch, Clint Bowyer, Ryan Newman, Juan Pablo Montoya et Marcos Ambrose.

Le début de course a été d’une fluiditée absolue, puisqu’il a fallu attendre que le cap du premier tiers de course soit passé pour avoir droit à la première neutralisation de la soirée pour débris. Cela a ainsi offert une série de trois séquences d’arrêts sous drapeau vert. Une fois le premier jaune sortie, les neutralisations se sont ensuite enchaînées avec pas moins de quatre sorties de la voiture de sécurité en l’espace de soixante-dix tours.

Parti en fond de peloton après des qualifications ratées, Kevin Harvick a connu une course difficile. Bien que remonté rapidement dans le top-10, il a connu une crevaison à l’avant gauche en voulant ravitailler, ce qui lui fera manquer l’entrée des stands et perdre de précieuses secondes. Le leader du classement général termine finalement en trente-troisième position avec un abandon à la clé.



Autre pilote en difficulté lors de cette épreuve, Denny Hamlin. Le pilote de la Joe Gibbs Racing a rapidement pris le commandement de l’épreuve avant d’être victime d’une explosion de son moteur peu après le premier tiers de course. Résultat la quarante-troisième et dernière place, mais fort heureusement pour lui cela ne l’empêche pas d’être qualifié pour les playoffs.



Malgré sa cinquième place sous le drapeau à damier, Kyle Busch dû aller chercher ce résultat après un début de course compromis par un excès de vitesse dans les stands lors de son tout premier arrêt. Résultat un passage obligatoire dans la ligne des stands. Cependant, les malheurs ne s’arrêtaient pas là pour Kyle Busch, qui ressentaient une vibration quelques instant plus tard. Il s’arrêtait pour chausser de nouveau quatre pneumatiques neufs et ressortait a deux tours du leader. Le long run sous drapeau vert en début d’épreuve ne l’a pas aider à combler son retard.

L’accident le plus spéctaculaire de la course est sans nul doute celui impliquant Greg Biffle et Elliott Sadler. Le pilote de la Roush Fenway Racing, d’abord percuté par Ryan Newman alors que les deux hommes étaient à la lutte, est parti dans un gigantesque travers dans le virage n°3 avant de redescendre sur la partie plate de la piste ; Elliott Sadler qui passait au même instant afin d’éviter le crash a été touché et s’en est allé fracasser sa Ford n°19 dans le mur extérieur du virage n°4.



Résultat de très longues minutes de réparations pour les mécaniciens des deux équipes afin de renvoyer en piste une voiture capable de rouler plus rapidement que la limite infligée par les officiels. Si Greg Biffle a pu sauver quelques points, il n’est cependant pas encore mathématiquemet qualifié pour le Chase et se devra d’assurer une quarante-deuxième place le week-end prochain pour avoir le droit de se battre pour le titre lors des dix dernières courses.

Au classement général, dix pilotes sont déjà assurés de participer aux playoffs alors que Greg Biffle le sera une fois le premier abandon enregistré lors de l’épreuve de Richmond. Clint Bowyer, douzième compte 117 points d’avance sur Ryan Newman, 128 sur Jamie McMurray et 147 sur Mark Martin. La Richard Childress Racing est donc en bonne position pour qualifier ses trois pilotes dans les playoffs. La réponse officielle, dans une semaine au soir de l’épreuve de Richmond.

dolor mattis commodo felis libero. facilisis sem, efficitur. felis ipsum