Tel père, tel fils pour Chase Elliott ?

Alors que la finale de la saison 2020 en NASCAR Cup Series se tiendra ce dimanche, US-RACING.COM vous propose un tour d’horizon des quatre prétendants au titre dans la catégorie reine.

Les France, les Petty, les Jarrett, les Earnhardt, les Flock, les Wood, que ce soit sur ou en dehors de la piste, la NASCAR est une histoire de famille depuis sa création. En 2020, Chase Elliott pourrait rejoindre son père Bill au rang des champions en NASCAR Cup Series. Bill l’a été en 1988. Après les Petty (Lee en 1954 et 1959, Richard en 1964, 1967, 1971, 1972, 1974, 1975 et 1979 – ndlr) et les Jarrett (Ned en 1961 et Dale en 1999 – ndlr), les Elliott ont l’occasion de devenir le troisième duo père/fils champion dans la division reine de la NASCAR.

Dès ses débuts dans les séries nationales NASCAR Chase Elliott a trusté les premières places. En 2013 il s’impose sur le Canadian Tire Motorsports Park de Mosport, non sans avoir sorti Ty Dillon, pour signer son premier succès en NASCAR Gander RV & Outdoors Truck Series pour ce qui n’est que son sixième départ dans la discipline. Engagé à temps plein en XFINITY en 2014 il fait coup double avec le titre de rookie et le titre de champion avant de terminer vice-champion la saison suivante. Il arrive à temps plein en Cup dès 2016 et s’est toujours qualifié pour les playoffs.

S’il compte dix victoires 58 top 5 et 95 top 10 depuis le début de la saison le pilote le plus populaire de la NASCAR ces dernières années atteint pour la première fois le Championship 4. Il restait sur trois éliminations de suite au terme du Round of 8.

Après un début de saison poussif, trois résultats hors du top 15 lors des six premières courses, tout change à partir de Charlotte. Très fort lors des deux courses du mois de mai, il mène 38 tours lors des Coca-Cola 600 qu’il achève à la deuxième place avant de s’imposer quelques jours plus tard sur cette même piste. Dès lors il signe dix autres top 10 dont une victoire sur le circuit routier de Daytona en fin de saison régulière pour débuter les playoffs en cinquième position avec vingt points de bonus acquis.

Un incident avec Martin Truex Jr. en ouverture des playoffs à Darlington le relègue vingtième, mais une cinquième place à Richmond et une septième à Bristol lui permettent de s’extirper du Round of 16. Pour le deuxième tour des playoffs, le schéma est presque le même. En difficulté à Las Vegas il ne se classe que vingt-deuxième. À Talladega il obtient la clémence de la NASCAR et prend la cinquième place tandis qu’il s’impose sur le Charlotte Motor Speedway Road Course.

Sixième au Kansas, puis vingtième au Texas, il est dos au mur à Charlotte pour la dernière épreuve du Round of 8. En s’imposant à Martinsville il parvient à s’éviter une quatrième élimination de suite au dernier tour des playoffs.

Après 35 coures cette saison, Chase Elliott compte quatre victoires, 14 top 5 et 21 top 10. Il a mené 1094 tours et compte une place moyenne de 12,0 à l’arrivée, tandis que son driver rating de 105,3 en fait le deuxième meilleur du peloton 2020 derrière Kevin Harvick.

Pour la première fois de son histoire la finale de la première division de la NASCAR se jouera à Phoenix. Sur cette piste, Chase Elliott compte neuf départs pour une pole, deux top 5 et cinq top 10. Sa place moyenne à l’arrivée est de 13,0, ce qui en fait le sixième meilleur et le deuxième parmi les candidats au titre en 2020, derrière Denny Hamlin et ses 11,3 de moyenne.

Depuis ses débuts à temps complet en Cup, Chase Elliott peut compter sur Alan Gustafson dans les stands. Un chef d’équipe d’expérience qui a débuté en 2005 avec Kyle Busch jusqu’à ce que ce dernier rejoigne la Joe Gibbs Racing. Alan Gustafson a ensuite travaillé avec Casey Mears en 2008, Martin Martin en 2009 et 2010 puis Jeff Gordon de 2011 à 2015 avant de prendre en main la destinée de Chase Elliott.

En seize saisons, Alan Gustafson a participé à douze playoffs et remporté douze courses. En 2015 il s’est qualifié pour le Championship 4 avec Jeff Gordon. Le duo avait pris la troisième place du classement général.

Jamais titré en tant que chef d’équipe, Alan Gustafson pourrait donc devenir le quarante-et-unième chef d’équipe différent à être sacré dans la première division de la NASCAR.

Avec douze titres, la Hendrick Motorsports est l’écurie la plus titrée dans l’histoire de la NASCAR. Cependant, elle ne doit ses titres qu’à trois pilotes, Jeff Gordon (1995, 1997, 1998 et 2001 – ndlr), Terry Labonte en 1996 et Jimmie Johnson (2006 à 2010, 2013 et 2016 – ndlr). Depuis son premier titre en 1995, la Hendrick Motorsports a donc remporté 12 des 25 championnats disputés, soit un ratio de 48 %. L’écurie a été la première à remporter quatre titres de rang (1995 à 1998), puis cinq (2006 à 2010). En cas de titre de Chase Elliott, la Hendrick Motorsports améliorerait donc son record avec treize titres.

Treize, c’est également le nombre d’écuries victorieuses sur le Phoenix Raceway et là encore personne ne fait mieux que la Hendrick Motorsports avec dix succès.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

felis venenatis, diam ut leo. eleifend Donec Sed libero