Carl Edwards s’est imposé dimanche lors des Samsung 500 sur le Texas Motor Speedway sans l’aide de son crew chief habituel, qui est suspendu pour avoir enfreint le règlement en début d’année.

A l’avant du peloton ou juste derrière Jimmie Johnson et Kyle Busch pendant quasiment toute la course, Edwards a pris la tête au tour 214 sur les 339 de l’épreuve et ne l’a pratiquement plus quittée jusqu’au drapeau à damier.

Edwards a résisté à Johnson et Busch lors d’un dernier sprint de deux tours sous le régime du green, white, checkered à la suite du sixième et dernier drapeau jaune de la journée. Johnson, deuxième et Busch, troisième ont tout tenté pour essayer de prendre l’avantage, mais sans succès, Edwards était trop fort sur l’ovale de 1.5 mile du Texas Motor Speedway.

Ryan Newman, vainqueur des Daytona 500 en début d’année a terminé quatrième devant Denny Hamlin, Jeff Burton, Tony Stewart, Mark Martin, Matt Kenseth et Clint Bowyer.


Chris Graythen / Getty Images

Kevin Harvick s’est bagarré pour finalement remonter à la 11ème place après avoir eu des problèmes de tenu de route en début de course. L’auteur de la pole position, Dale Earnhardt, Jr., a terminé 12ème après avoir roulé dans le peloton de tête durant la première partie de l’épreuve.

Le rookie Michael McDowell, qui a subi un énorme crash lors des qualifications vendredi a terminé à la 33ème place. Le quadruple champion de la Nascar, Jeff Gordon, a connu une journée difficile et a terminé à la 43ème et dernière place.

Burton conserve la tête du championnat devant Harvick. Cette victoire permet à Edwards de revenir dans le Top-12 où il pointe désormais à la 10ème place. Busch est troisième.

Le pilote le plus populaire de la Nascar – Earnhardt Jr. – a débuté le course à l’avant du peloton, mais une voiture difficile à conduire ne lui a pas permis de se battre pour la victoire. Le premier drapeau jaune a été déclenché par Michael Waltrip qui a perdu le contrôle de sa Toyota dans le virage 2.

Cette neutralisation est arrivée au bon moment pour Harvick qui venait juste d’expliquer à son crew chief que sa voiture était inconduisible. « Je ne sais pas comment cela pourrait être pire » a-t-il crié dans son casque.


Jonathan Ferrey / Getty Images

L’équipe d’Harvick et de certains autres pilotes comme Earnhardt et Gordon ont donc profité de ce drapeau jaune pour effectuer des ajustements sur les voitures.

Lors du restart, Junior a repris la tête de la course juste devant Johnson et le plus jeune des frères Busch. Johnson, très rapide a pris l’avantage au 48ème tour au volant de sa Chevrolet n°48…

Gordon, 34ème au volant de la troisième des quatre Chevrolet engagées par la Hendrick pointait alors à plus d’une seconde derrière ses coéquipier. Casey Mears, le quatrième pilote de l’équipe était 24ème.

Au 55ème tour, Earnhardt avait chuté à la cinquième place derrière Johnson, Busch, Edwards et Greg Biffle.

Gordon est parti en tête à queue au tour 109 forçant les officiels à sortir le deuxième drapeau jaune de la journée. Cet accident a mis fin à la journée de Gordon qui a déclaré à son crew chief Steve Letarte « nous devons tout changer et faire comme si c’était une séance d’essai ». Le quadruple champion de la Nascar n’a jamais été très chanceux sur ce circuit qui reste un des deux seuls, avec Homestead- Miami Speedway, où il ne s’est pas encore imposé.

La course a repris ses droits au 113ème tour avec Kenseth en tête devant Edwards, Busch, Earnhardt, Denny Hamlin, Biffle, Martin Truex, Jr., Stewart et Kasey Kahne.

J.J. Yeley a provoqué le quatrième drapeau jaune en percutant le mur extérieur au 175ème tour. Tous les leaders sont alors repassés par les stands et Kenseth a conservé la tête avant de se faire reprendre par Edwards et les autres.