Scott Dixon : Quelle journée ! Je n’arrive pas y croire. Vous pensez toujours que quelque chose va mal tourner. Je dois remercier ma femme c’est certain. Elle a dû vivre avec mes changements d’humeur. Quelle journée. Nous avions une bonne voiture. Nous n’avions qu’à la garder sur la piste et rester à l’écart des autres au moment des restarts. Il y a eu tellement de drapeaux jaunes, c’était vraiment dur de rentrer dans le rythme.

Vitor Meira : Nous avons vraiment bien préparé la monoplace et tout a fonctionné suivant notre tableau de marche. Second est un très bon résultat après la course de l’an dernier et le début d’année que nous avons vécu. La Panther Racing est définitivement de retour et les trois grosses cylindrées du championnat vont devoir compter sur nous.

Marco Andretti : De l’extérieur il est très facile de pointer du doigt nos erreurs durant la course. Je pense que l’équipe a fait un travail formidable durant tout le mois de mai. Nous terminons troisième et prenons de gros points, même si nous avons raté notre ajustement de l’aileron arrière lors du dernier arrêt aux stands.

Helio Castroneves : Quatrième n’était pas le résultat attendu par l’écurie. Nous avons fait tout ce que nous avons pu, en vain. Dans un moment j’ai eu un incident avec un autre pilote et j’ai récupéré un débris sur mon aileron avant, je suis donc repassé aux stands pour réparer. Tim Cindric et tous les gars de l’équipe ont été fantastiques. Nous avons été patient mais malheureusement il était difficile de dépasser. Je suis très heureux de faire parti de l’écurie Penske. Maintenant il faut aussi féliciter le champion de l’Indy 500. Scott a fait de l’excellent travail. Ganassi me semble l’écurie favorite maintenant mais le championnat est long et nous allons continuer à travailler très durement.

Ryan Briscoe : (A propos de son incident avec Danica Patrick dans les stands) c’est une immense déception. Le ralenti a confirmé mes pensées sur le moment. Nous étions tous les deux des prétendants à la victoire finale et en fin de course c’est chacun pour soi. Mais de ce que j’ai vu de l’incident, Danica avait pas mal de place sur sa droite. Toutes les monoplaces sont équipées d’une pédale de frein et elle aurait dû s’en servir car j’étais déjà en train de dépasser Wheldon tout en essayant de rester sur la file du milieu. J’ai abandonné et c’est une grosse déception.

John Andretti : C’est comme chaque 500. Vous apprenez quelque chose et lorsque vous le mettez en pratique, vous vous rendez compte qu’il aurait fallu faire autre chose. Nous avons vraiment fait le maximum pour avoir la monoplace la plus compétitive possible. Heureusement nous n’avons pas eu de ravitaillement sous drapeau vert. Je suis content du résultat mais aussi frustré, car nous aurions pu être meilleur dans d’autres circonstances.



Un problème mécanique aura eu raison de la course de Tomas Scheckter.

© Jim Haines / Indy Racing League

Tomas Scheckter : C’était une très bonne course pour nous et je veux remercier toute l’équipe et les sponsors qui m’ont donné cette chance de pouvoir faire ce que j’aime. Malheureusement je n’ai pu aller au bout. J’essayais d’économiser du carburant en roulant à 90% et lorsque j’ai voulu accélérer de nouveau j’ai rencontré ce problème mécanique. C’est la course.

Hideki Mutoh : J’ai calé durant un arrêt aux stands et je m’excuse au près des gars. L’équipe a fait un super travail. J’aurais pu finir cinquième mais je me suis fait dépasser par deux pilotes. Septième pour mon premier Indy 500 ce n’est pas trop mal.

Ryan Hunter-Reay : J’ai beaucoup appris tout au long de la course. Et comme à chaque fois les gars ont rendu la monoplace meilleure au fur et à mesure que la course avançait. Je suis très content de ce résultat car lorsque vos pneus sont usés il est très difficile de suivre la monoplace qui vous précède notamment à cause des turbulences.

Buddy Rice : C’est bien pour l’écurie car nous avons deux monoplaces dans le top-10. C’était une bonne journée pour toute l’équipe.

A.J. Foyt IV : Honnêtement c’était terrible. L’incendie dans les stands a ruiné notre course. C’était l’un des pires jours de ma vie et peut-être le pire que l’on puisse connaître en course automobile.

Dan Wheldon : Aujourd’hui j’ai dû me battre avec ma roue avant droite. En début d’épreuve il n’y avait pas de problème mais ça se dégradait à chaque tour. Je suis très heureux pour Dixon. Depuis le début de l’année il est très rapide lorsqu’il se retrouve devant. Il n’a peut-être pas gagné autant qu’il l’aurait mérité mais c’est super pour lui et l’équipe qui a fait du très bon boulot.

Will Power : Le mois de mai restera comme un bon mois pour nous. Je suis très heureux pour l’équipe car nous avons fini la course et en plus nous avons gagné des positions.

Danica Patrick : J’étais dans la voie des stands. Quand une monoplace quitte son stand elle doit attendre avant de se mettre à l’extérieur. Les gars ont bien bossé aujourd’hui et durant tout le mois nous avons amélioré la monoplace. Bravo à Scott. Il a été bon tout le mois et cela lui a servi aujourd’hui.



Course difficile pour Buddy Lazier (n°91).

© Shawn Payne / Indy Racing League

Buddy Lazier : J’ai essayé d’éviter les problèmes. Nous n’avions qu’une journée d’essais sur tout le mois. Et la pluie qui est tombée lors du Carburation Day nous a tué et cela s’est vu. Je ne pense pas que quiconque aurait pu faire mieux avec une journée d’essais. Toute l’équipe s’est donnée au maximum.

Ed Carpenter : C’était une bonne journée. Nous avons eu un problème avec le point mort lors d’un arrêt aux stands mais heureusement le drapeau jaune qui a suivi nous a permis de remonter.

Darren Manning : La monoplace était vraiment bonne. J’ai fait une erreur en n’écoutant pas Larry Foyt. Il me disait ‘stop, stop, stop’, et j’ai pensé ‘go, go, go’. J’ai donc touché une autre monoplace qui entrait dans les stands alors que nous étions sixième. Sinon en début de course j’étais dans le peloton de tête, mais c’était compliqué de dépasser, puis nous avons rencontré des problèmes alors je suis redescendu en 24ème position avant de remonter neuvième. Nous avons travaillé dur tout le mois et l’équipe a vraiment fait du bon boulot, de très bons arrêts aux stands, et ils ont rapidement changé mon aileron avant.

Les conditions de course étaient parfaites. Il y avait peut-être un peu trop de vent dans les virages 1 et 2, mais ma monoplace était très bonne en fin de run mais nous n’avons pas eu de runs très longs.

Townsend Bell : Nous luttions lors des restarts même si sur la fin j’ai pu gagner des positions. Les deux monoplaces dans le top-10 à l’arrivée est une très bonne chose. Toute l’écurie avance pas-à-pas. J’avais vraiment envie de finir cette course, car en 2006 j’avais dû abandonner. Nous sommes une petite équipe avec beaucoup d’ambitions alors nous devons continuer sur cette voie là et nous améliorer dès la prochaine course.



Enrique termine son premier Indy 500.

© Steve Snoddy / Indy Racing League

Enrique Bernoldi : C’était une très bonne course pour moi. J’étais légèrement effrayé quand une pièce de la monoplace de Graham Rahal est venue heurter la mienne en début d’épreuve. J’ai pensé que la monoplace était endommagée mais heureusement c’était réparable et j’ai pu récupérer mon tour de retard. J’ai vraiment piloté à mon maximum du début à la fin. Je me dois de remercier les ingénieurs qui m’ont préparé une très bonne monoplace. Je n’ai jamais eu à faire d’ajustement au cours des différents arrêts. La course a été très longue et fatigante. Je suis content car j’ai fini ma première course sur ovale et c’est à Indianapolis. Je suis très heureux d’avoir amené la monoplace à l’arrivée et je pense que c’est un plus pour l’équipe pour les prochaines épreuves sur ovales.

Bruno Junqueira : Ca a été difficile de s’y adapter lors des premiers tours, d’autant plus que l’équipe n’en avait pas de rétroviseur droit de rechange. C’était frustrant de mener la course et de rentrer aux stands alors que l’équipe n’est pas prête.

Milka Duno : Je suis très heureuse d’avoir fini mon second Indy 500. Tout au long de la course nous avons occupé de belles positions et nous avons effectué de bons arrêts aux stands. Les gars ont fait du bon boulot et grâce à eux j’ai pu gagner deux positions en revenant en piste après le contact avec Buddy Lazier au tour 168. Il m’a touché, j’ai pu contrôler le tête-à-queue mais j’ai du rentrer réparer.

Davey Hamilton : Ce fut une journée décevante pour l’équipe. J’ai cassé l’aileron avant sur sa partie droite et nous nous en sommes rendu compte qu’après la course. Toute la journée nous avons lutté avec du sous virage. La voiture ne voulait pas tourner contrairement au Carb day et aux différentes séances d’essais.

Oriol Servia : Je n’étais pas loin du top-10 et je suis content. Onzième ce n’est pas si mal vu d’où nous sommes paris. La monoplace était bien équilibrée mais nous avons légèrement manqué de vitesse. Nous sommes content du résultat car nous avons fait de bons arrêts et de bons restarts.

Mario Moraes : Lorsque j’ai conduit pour la première fois dans la ligne droite avant, c’était fabuleux. Je n’avais jamais vu autant de place avant ça. Je regardais parfois la course à la télévision. C’est très impressionnant d’y être.

Graham Rahal : Alex Lloyd était vraiment très lent, et je voulais me montré patient car Mario (Moraes) revenait sur moi. J’ai pu tenter de dépasser Alex mais il ne voulait pas rester à l’intérieur, je suis allé hors trajectoire et j’ai fini dans le mur.

Marty Roth : Je voulais passer par l’extérieur Buddy Lazier et j’ai mordu hors trajectoire.

Jaime Camara : J’avais beaucoup de sous virage dans le trafic. Nous avons essayé de régler ça durant les arrêts aux stands en travaillant sur l’aileron avant, mais j’ai perdu pas mal de places. Dans le trafic il était difficile de se rapprocher des monoplaces plus lentes et quand j’étais suffisamment près le virage arrivait.



La course s’est arrêtée brutalement pour Tony Kanaan.

© Chris Jones / Indy Racing League

Tony Kanaan : (A propos du dépassement de Marco Andretti juste avant l’accident de Tony) c’était un dépassement stupide. Je ne pense pas que les coéquipiers devraient vous faire ça. Je suis sur qu’il a une bonne explication à me donner. ‘A mi course et dans le trafic pourquoi tenter une manœuvre comme celle-là ?’ Je vais attendre de voir ce qu’il me répondra.

Sarah Fisher : C’est la course. Tony se battait pour la tête et ma passé par l’extérieur. Puis il est parti en tête-à-queue juste devant moi. Ce n’était pas notre journée. L’équipe a fait du bon boulot, mais ce n’était vraiment pas notre journée puisque nous avons raté le tour de parade.

Jeff Simmons : La monoplace était très survireuse. Lors du restart j’essayais de maintenir mes pneus en température. Je pensais que je maîtrisais et j’ai fini dans le mur. J’ai vu beaucoup de gars faire cette erreur et je ne pensais pas que ça pourrait aussi m’arriver.

Justin Wilson : J’étais dans le pack et j’essayais différentes trajectoires. En sortant d’un virage j’ai senti que la monoplace m’échappait. J’ai lâché l’accélérateur mais c’était trop tard, et je me suis payé le mur.

E.J. Viso : Nous avions des problèmes de boîte de vitesses dès le début de l’épreuve. La monoplace était bonne et nous avions quelques ajustements à faire et nous aurions pu viser le top-10.

Alex Lloyd : Je suis arrivé dans le virage 4 et la monoplace a cessé de tourner. Je suis allé droit dans le mur et je ne sais pas pourquoi. C’était vraiment une journée très longue et très frustrante. Quelque chose n’allait pas dès le départ. Nous avons essayé durant les arrêts de fixer le problème sans succès.