Franchitti domine son sujet à Chicagoland

Will Power l’avait annoncé après sa victoire à Sonoma. Une seule erreur et le championnat serait relancé. Il n’aura pas fallut attendre plus d’une semaine pour que cette maladresse pointe le bout de son nez.

Alors qu’il se bagarrait pour la victoire, Will Power a dû rendre les armes à 4 tours du but pour effectuer un Splash’n’Dash. Sur ce coup, l’erreur du Team Penske est aussi inhabituelle qu’incompréhensible pour une équipe de ce calibre et en lutte pour le titre. Alors qu’un drapeau jaune était brandi au 169ème tour après un tête-à-queue d’Alex Lloyd, tout le peloton s’est dirigé vers les stands pour effectuer le dernier arrêt. Et tandis que Dario Franchitti coiffait tout le monde au poteau en ne prenant que du carburant, l’équipe #12 exprimait rapidement ses inquiétudes de ne pas avoir mis suffisamment de carburant dans la monoplace de leur pilote.

Au 196ème passage, les inquiétudes se sont confirmées lorsque Power approchait des stands sur l’apron. Immédiatement, la réaction du team manager de Penske ne s’est pas faite attendre. Complètement hors de lui, Clive Howell a jeté son casque auditif par-terre sous le coup de la colère. Nul doute que le debriefing a dû être animé peu après la course et l’on imagine bien Roger Penske inculquer la modestie à ses hommes qui ont pêché par excès de gourmandise. En effet, si l’équipe était restée une seconde de plus aux stands, Power aurait pu finir la course sans perdre trop de points au championnat. Au final, cette erreur à un impact incalculable et met en péril les chances de sacre de leur protégé.

Eliminé de la lutte pour la victoire, Power savait bien que cette erreur allait lui coûter cher au championnat. En effet, en tête de course, Franchitti n’a pas faibli face aux assauts de dix voitures regroupées en une seconde et notamment d’un Dan Wheldon déchaîné et d’un Marco Andretti sur-motivé.

Au final, le pilote Chip Ganassi Racing a coupé la ligne avec 0,0423sec d’avance sur Wheldon dont la course fut superbe. A l’heure où l’écurie Panther est en crise de confiance depuis sa deuxième place à Indy, ce résultat arrive à point nommé. En troisième position Andretti retrouve des couleurs après une longue et mauvaise passe sur les circuits routiers. Le top-5 est complété par ses coéquipiers Ryan Hunter-Reay et Tony Kanaan qui placent ainsi trois des quatre monoplaces Andretti Autosport dans le top-5.

Pour un pilote qui n’aime pas la course de Chicagoland, principalement dû au fait qu’elle comporte plus de risques (avec ses courses en peloton regroupé) que de récompenses, le pilote Chip Ganassi a pu pendant quelques secondes raviser son jugement. Au championnat, l’Ecossais est revenu à 23 points de Power et ce résultat nous promet une fin de championnat tout bonnement passionnante.

consectetur tempus velit, efficitur. porta. id, elementum eget Aliquam libero Praesent commodo