Daytona et Earnhardt des noms indissociables

Daytona et Earnhardt des noms indissociables

Dans le monde de la NASCAR s’il y a bien deux mots qui sont indissociables l’un de l’autre ce sont Daytona et Earnhardt. L’un ne peut aller sans l’autre, pour le meilleur et pour le pire. Cette relation amour/haine est passée par tous les états.

Dale Earnhardt Sr. a gagné partout ou presque en NASCAR Cup Series. De Bristol pour sa première victoire, en 1979, à Talladega pour son ultime, 21 ans plus tard. Sous oublier Atlanta et Darlington, mais également treize autres pistes. Pourtant, il en est une qui lui a résisté plus que de raison, le Daytona International Speedway.

S’il est l’homme des courses à plaques de restriction, mais aussi l’homme de Daytona, les victoires se font attendre lors des courses de championnat dans la division reine de la NASCAR sur cet ovale de 2,5 miles. S’il remporte les Coke-Zero 400 en 1990 et 1993, la frustration est d’autant plus grande qu’il ne parvient pas à s’imposer lors des DAYTONA 500.

Alors qu’il se construit un palmarès majuscule à Daytona et Talladega, la malédiction le poursuit, notamment lors des DAYTONA 500. Il y domine régulièrement les courses, mais ne signe en tout et pour tout que trois victoires sur cette piste sur l’ensemble de sa carrière. Un bilan bien faible, au regard de sa domination, mais qui en satisferait plus d’un.

Tout au long de la semaine revivez cette domination et ces désillusions. Nous reviendrons également sur l’un de ces succès sur le Talladega Superspeedway. Nous évoquerons également son fils ainsi que son écurie, la Dale Earnhardt Incorporated.

Prêts à revivre cela sous formes d’articles et de vidéos de ses exploits ? Rendez-vous demain pour suivre la première partie liée au palmarès majuscule de Dale Earnhardt à Daytona et Talladega.

Commentaires