Cela fait un an que l’accident s’est produit. Nous sommes le 3 août 2006 sur le circuit d’Elkhert Lake, et Christiano Da Matta effectue des tests pour son écurie. Alors qu’il est sur la piste à plus de 250km/h, un cerf saute les barrières de sécurité et se trouve en plein milieu de la piste. Le pilote brésilien ne peut rien faire pour éviter l’animal et l’accident se produit.

Da Matta avait été sérieusement touché à la tête où un vaisseau de son cerveau avait rompu. Il a passé six semaines en soins intensifs avant de commencer une longue période de rééducation.

Un an plus tard, le « Brésilien de poche » (rapport à sa petite taille) commence à trouver le temps long loin des circuits. Il espère retrouver au plus vite le volant d’une voiture de course et les paddocks.

« Ca ne vas pas prendre trop longtemps avant que je ne sois de retour dans une voiture de course.« 

Dernièrement Da Matta a passé le plus clair de son temps à faire du vélo en montagne avec quelques amis du ChampCar et de l’Atlantic Series. Et après avoir visité les paddocks lors de la course de San Jose, Da Matta ne cachait pas qu’il était à la fois optimiste et frustré.

« Bien sûr je ne suis pas un docteur, je ne suis pas un spécialiste mais je me sens plutôt normal. Je ne ressens rien de différent, juste la façon dont j’avais l’habitude de me sentir.« 

« Pour moi, retourner aux courses de ChampCar et juste regarder les voitures rouler, c’est dur. Mes amis me manquent mais je ne suis pas tellement un bon spectateur. Ca me rend même encore plus frustré parce que je veux être là, en train de courrir.« 

« Aller au courses peut être ennuyeux. D’un autre côté, je suis amis avec la plus grosse partie des pilotes avec qui je courrais et les gens qui travaillent pour les équipes. Mais je ne retournerai pas aux courses jusqu’à ce que je sois prêt à piloter de nouveau.« 

Helio Castroneves, son compatriote et ancien adversaire au temps du CART, n’est pas surpris par la volonté de Da Matta. Au contraire, pour lui, tout pilote de course agit exactement de la même façon que le petit Brésilien :
« Christiano est un compétiteur. Il sent qu’il peut toujours courrir et c’est compréhensible, c’est ce qu’il veut faire. C’est ce que les pilotes font, nous courrons. Si c’est possible de retourner dans une voiture, il le fera. Et il gagnera probablement des courses encore.« 

A travers cette difficile épreuve qui a stoppé sa carrière, Da Matta avoue que sa famille et ses amis autour de lui, lui ont fais un grand bien. Il vit la plupart du temps chez ses parents, à cause de sa periode de récupération.
« J’étais bien nourri, des vêtements propres, et je n’avais pas à faire mon lit.« , plaisanta-t-il. « Ca ne paraît pas compter autant, mais ça fais vraiment une différence, particulièrement au début. Et je peux les aider aussi.« 

Pour retourner dans le cockpit d’une voiture, Da Matta sait qu’il doit retrouver une parfaite condition physique. Il s’entraîne même encore plus dur qu’avant avec toujours en tête, de se retrouver derrière le volant d’une voiture de ChampCar.

« Je sais que c’est une situation critique que j’ai dû traverser, et je sais que je devrais attendre jusqu’à ce que les docteurs me disent quand c’est le moment exact de revenir, quand ils se sentiront plus à l’aise à l’idée que je puisse revenir dans une voiture de course. Mais je sens, même maintenant, que je peux courrir.« 

« Je pense que je suis plutôt proche et que je peux revenir dans les sports mécaniques. Je ne sais pas exactement quand ils vont me libérer, mais je sens que ça va arriver. Je suis plutôt confiant.«