Leader du championnat avec 22 points d’avance sur Kyle Busch, Jeff Burton a bouclé 80,6 % des tours de la saison dans le top-15 (2.317 des 2.887 tours). De plus, le pilote de la Richard Childress Racing n’a effectué que vingt tours au-delà du tour du leader.

Lors des neuf premières courses de la saison, Burton n’a jamais fait pire que treizième ce qui lui offre la tête du championnat. Ces statistiques ne sont pas sans rappeler celles de Jeff Gordon la saison dernière.

Natif de South Boston en Virginie, Jeff sera donc à domicile samedi lors des Crown Royal 400 presented the Dan Lowry 400 sur le Richmond International Raceway.

A Richmond Burton a pris le départ de 27 courses et il compte une victoire, sept top-5 et douze top-10. C’est en 1998 que Jeff a remporté la course. Ce week-end il amènera la même voiture que celle utilisée plus tôt cette saison lors des Food City 500 sur le Bristol Motor Speedway ; cette voiture avait terminé sur la victory lane sur le petit ovale du Tennessee.

La saison dernière, Burton avait connu des courses difficiles. Au printemps il s’était classé dix-huitième alors que pour la dernière course de la saison régulière il avait terminé quarante-troisième et bon dernier. Le pilote de la Richard Childress Racing admet volontiers que les courses sur short track s’avèrent difficile si la voiture n’est pas parfaitement bien réglée.

“Cela demande beaucoup de travail pour bien se comporter sur un short track” affirme Jeff Burton.

Jeff reconnaît également que certains pilotes sont plus doués que d’autres pour régler leurs voitures sur short track. Parmi eux son coéquipier Kevin Harvick qui a remporté une course de NASCAR Sprint Cup Series sur l’ovale de Richmond.

“Je pense que pour les équipes et les fans, Richmond est un superbe circuit car il y a beaucoup d’action. Le circuit offre des courses où les pilotes peuvent être côte à côte, car il y a plusieurs trajectoires possibles. Pour moi c’est l’un des circuits les plus difficile à dompter” ajoute Jeff Burton.