Des soucis pour Kasey Kahne

On se souvient de l’altercation qui avait opposé Kasey Kahne à un agent de sécurité lors de la finale de la Nascar Nextel Cup à Homestead. On apprend aujourd’hui que des poursuites civiles et pénales viennent d’être engagées à l’encontre du jeune pilote du Gillett Evernham Motorsports.

Sérieusement blessé au dos, Archibald Hutchinson, 62 ans, demande 15.000 $ de dommages et intérêts pour payer ses factures médicales, compenser sa perte de salaire (il n’a pas repris le travail depuis l’incident) et pour réparer le préjudice physique et moral subi.

L’altercation avait eu lieu le 16 novembre dans le paddock d’Homestead. D’après la police, Kasey Kahne, lequel était revêtu de sa combinaison de pilote, s’était fait arrêter par l’agent de sécurité car il ne disposait pas du bon badge. Archibald Hutington, lequel venait de se faire rappeler à l’ordre par son supérieur car il avait laissé passer plusieurs pilotes qui n’avaient pas non plus leur badge, a donc refusé de laisser passer Kahne. Sans surprise, les versions diffèrent à partir de là : pour l’avocat de Huntington, Kasey Kahne aurait violemment agressé le garde et l’aurait jeté à terre. Pour Kale Kahne, le frère de Kasey qui était présent à ce moment là, c’est le garde qui aurait agressé le pilote, lequel ne l’aurait repoussé que pour se défendre.

C’est donc devant les tribunaux que les deux parties confronteront leur version. L’incident cadre néanmoins assez peu avec l’image de gendre idéal que l’on se fait de Kasey Kahne !

Quant au Team Gillett Evernham, il soutient son pilote dans cette affaire : « Le Gillett Evernham Motorsport est une famille soudée et Kasey Kahne fait partie intégrante de notre organisation », affirme son Président Rick Russell. « Les faits reprochés ne correspondent en rien au Kasey que nous connaissons. Il est dommage que cette affaire en arrive à ce point. Nous soutenons notre pilote et avons une totale confiance dans le processus légal en cours. »

elit. eget in ut risus. quis non ut justo dapibus Aliquam amet,