Saison 2009 : les tops et les flops 2/2

Les tops :

Jimmie Johnson :

Pour la quatrième année consécutive, Jimmie Johnson a remporté le titre. Encore une fois discret durant la saison régulière, le pilote de la Hendrick Motorsports s’est mué en un véritable rouleau compresseur lors du Chase et a enchaîné les top-10 et les victoires. Seul couac, son accident dans les premiers tours au Texas.

La saison régulière avait été moyenne avec seulement trois victoires, là où Mark Martin en avait quatre, neuf top-5 contre treize à Tony Stewart et quinze top-10 soit trois de moins que Jeff Gordon et Tony Stewart ; sans oublier une pole position contre sept à Mark Martin. Mais Johnson et son compère de toujours, Chad Knaus, ont une nouvelle fois prouvé que la saison régulière n’était qu’un grand entraînement pour le Chase.

Mais l’équipe n°48 aura une nouvelle fois fait un Chase hors norme et personne n’a pu suivre. Lors des dix dernières courses, Johnson a acquis trois poles, quatre victoires, sept top-5 et neuf top-10 pour aucun abandon.

A l’issue de la saison 2008, il n’était pas présenté comme le favori pour la saison 2009, mais Johnson a prouvé à tous ses détracteurs qu’il était bien le meilleur. Rendez-vous en novembre 2010 pour célébrer son cinquième titre consécutif ? Nul doute que ce sera la source de motivation pour cette structure en 2010.

Mark Martin :

Après deux saisons à temps partiels il était difficile d’envisager que Mark Martin allait se battre pour le titre jusqu’à la dernière course. Pourtant il l’a fait. Alors oui, il a été aidé par le gommage des écarts en début du Chase, mais la saison du vétéran de la NASCAR Sprint Cup Series est tout simplement exceptionnelle.

S’il a eu du mal à lancer sa saison, Mark Martin a su remonter patiemment au classement grâce notamment à des victoires acquises à la consommation, chose rare pour lui, sur les ovales de Phoenix et du Michigan. Pour la seconde fois de sa carrière, il a remporté les Southern 500 à Darlington et a acquis sa participation pour le Chase lors de la dernière épreuve de la saison régulière à Richmond.

Il a commencé les playoffs par une victoire avant d’enchaîner six autres top-10 lors des neuf courses restantes. Malheureusement pour lui, il a terminé une cinquième fois vice-champion en perdant notamment de gros points au Lowe’s et à Talladega, son réel talon d’Achille.

Les restarts en double files :

Arrivé peu après le premier tiers de la saison, les restarts en double files ont été une véritable réussite et une source supplémentaire de spectacle. Cette règle a été adoptée pour la première fois pour l’épreuve de Pocono au mois de juin et tous les pilotes ont été unanimes quant au bien fondée de cette évolution du règlement.

Tony Stewart :

Pour sa première saison en tant que pilote et propriétaire, Tony Stewart a surpris dans le bon sens du terme. Leader du championnat durant la saison régulière, vainqueur de trois courses durant les vingt-six premières courses, puis d’une autre durant les playoffs, Tony Stewart s’est affirmé pour les saisons à venir. Outre sa qualification pour le Chase, il faut aussi retenir celle de son équipier Ryan Newman et ce malgré un début de saison laborieux. La Stewart Haas Racing a donc été très performante pour sa première saison à elle de confirmer en 2010.

Rick Hendrick :

Arrivé en 1984 en NASCAR Sprint Cup Series, Rick Hendrick a déjà remporté neuf titres en tant que patron d’écurie. Mieux encore, ses neuf titres ont tous été acquis depuis 1995. Pour la seconde fois il a remporté quatre titres consécutivement. Après avoir recruté Dale Earnhardt Jr. pour la saison 2008, Rick Hendrick a réussi à faire revenir à temps complet Mark Martin.

Cette année encore, Rick Hendrick a de quoi se satisfaire de sa saison. Car outre le titre, il est devenu le premier propriétaire à réaliser un triplé au classement général. Il était déjà le seul à avoir réalisé un puis deux doublés.

Les bonnes surprises :

Juan Pablo Montoya :

Après deux saisons d’adaptations correctes mais sans plus, qui pouvait se douter que Juan Pablo Montoya serait à un tel niveau de performance cette année ? Assurément pas grand monde. Le Colombien aura littéralement surclassé son équipier Martin Truex Jr., et est passé à plusieurs reprises à côté de victoires sur ovales, ce qui lui aurait permis de s’affirmer un peu plus. Il lui reste désormais à confirmer dès la saison 2010.

Brian Vickers :

Même s’il est passé totalement à côté des playoffs, Brian Vickers les a accrochés pour la toute première fois de sa carrière et ce en grande partie grâce à dix très bonnes courses en fin de saison régulière, comme en témoigne sa victoire obtenue au Michigan au mois d’août. Outre cette victoire, Vickers a également obtenu six poles cette année.

Marcos Ambrose :

L’ancien pensionnaire du V8 Supercars australien continue lui aussi son apprentissage et a montré de belles choses. Notamment sur le short track de Bristol où il a signé deux top-10. Logiquement à son aise sur les circuits routiers, Ambrose a également profité de l’alliance de son écurie avec la Michael Waltrip Racing. Deux abandons seulement cette année pour Ambrose qui pourrait en 2010 être la très bonne surprise de l’année.

David Reutimann :

Vainqueur des Coca-Cola 600 suite à l’interruption définitive de l’épreuve pour cause de pluie, Reutimann est ainsi devenu le premier vainqueur pour Toyota n’appartenant pas à la Joe Gibbs Racing. Le pilote de la Michael Waltrip Racing a entrevue une qualification possible pour le Chase, mais ses résultats en dents de scie auront eu raison d’une place dans les douze premiers au soir de Richmond.

Kurt Busch :

Le pilote de la Penske Racing ne faisait pas figure de favori au début de la saison 2009, pourtant le champion 2004 de la série aura été l’un des hommes fort de l’année grâce notamment à deux victoires, l’une à Atlanta, l’autre au Texas. Quatrième du classement général, il est donc le premier à ne pas être équipé par la Hendrick Motorsports, une performance de choix donc, puisque Dodge était clairement sur le déclin cette année.

Brad Keselowski :

Le jeune pilote de la Hendrick Motorsports aura fait sensation en remportant l’épreuve de Talladega du mois d’avril après avoir écarté Carl Edwards de manière assez musclée à quelques mètres du drapeau à damier. Keselowski a confirmé sa bonne tenue lors de ses autres venues en Cup, notamment à Darlington. Passé à la Penske Racing en toute fin d’année, il sera à suivre de près en 2010.

Joey Logano :

Après un début d’année on ne peut plus poussif, le jeune pilote de la Joe Gibbs Racing a progressé de semaines en semaines pour décrocher sa première victoire en carrière sur le New Hampshire Motor Speedway après que la course ait été écourtée pour cause de pluie. Logano décrochera assez facilement le titre de rookie de l’année et intégrera finalement le top-20 au championnat alors qu’en début d’année il luttait pour être parmi les trente-cinq meilleurs.

Denny Hamlin :

Dominé par Kyle Busch en début d’année, Hamlin a rapidement pris la pas sur le plus jeune des frères Busch pour devenir le meilleur pilote de la Joe Gibbs Racing. Victorieux à Pocono, puis chez lui à Richmond pour la première fois en Cup, Hamlin a réalisé un Chase mi-figue, mi-raisin mais a surtout connu trois abandons qui lui coûtent une meilleure place que cinquième au classement général final.

A voir également :

Saison 2009 : les tops et les flops 1/2

Praesent ut Lorem pulvinar dictum fringilla tristique