24 Heures du Mans : Le point à la mi-course

Décidément, cette première moitié de course a été difficile pour les nerfs des hommes d’Olivier Quesnel. La 908 n°3 a été la première a rencontrer des soucis. Des soucis du genre définitif (problème de turbo) qui ont annihilé les espoirs de Pedro Lamy, Simon Pagenaud et Sébastien Bourdais, l’enfant du pays une nouvelle fois pas verni dans cette épreuve qu’il souhaite plus que tout accrocher à son palmarès.

C’est ensuite la Peugeot n°1 de Marc Gené/Alex Wurz/Anthony Davidson qui a perdu quatre tours en raison d’une panne d’alternateur. Puis, alors qu’elle avait entamé une belle remontée, Anthony Davidson s’accrochait avec un retardaire et partait dans les graviers à la chicane Dunlop. Après avoir bénéficié de l’aide des commissaires pour repartir, l’ancien pilote de F1 devait marquer un arrêt au stand pour changer de museau.

C’est enfin la Peugeot n°4, celle engagée par ORECA et pilotée par Olivier Panis, Loïc Duval et Nicolas Lapierre, qui rentrait aux stands pour un arrêt non prévu juste avant la mi-course. Après une intervention à l’arrière, la 908 repartait sixième à cinq tours.

Audi n’a pas été exempte de soucis mais ceux-ci se sont concentrés jusqu’ici sur la n°7, qui perdait très vite plusieurs tours suite à une sortie de piste en essayant de doubler la BMW n°79.

C’est donc toujours la Peugeot n°2 qui mène, avec deux tours d’avance sur l’Audi n°9 actuellement pilotée par Romain Dumas. Peugeot a toujours l’avantage en performance, mais les hommes d’Olivier Quesnel n’ont plus beaucoup de jokers. Clairement, cette course va se jouer à l’usure.

En LMP2, la HPD Strakka continue de mener la course, malgré une petite alerte quant un tête-à-queue de Nick Leventis donnait provisoirement la tête à la HPD Highcroft.

En GT1, la fiabilité a également joué un rôle primordial jusqu’ici, puisque toutes les favorites ont été à tour de rôle victimes d’aléas divers, à commencer par la Ford GT de Romain Grosjean qui avait dominé le premier tiers de course. C’est actuellement la Saleen Larbre qui est en tête.

Enfin en GT2, les deux Corvette paradent en tête depuis les problèmes de boîte rencontrés par la Ferrari Risi n°82.

Il reste encore 12 heures, et le moins que l’on puisse dire à se stade, c’est que ces 24 Heures du Mans sont loin d’être jouées.

facilisis consectetur eget dictum Donec venenatis, Phasellus