Boris Said à la façon dragster

Boris Said a finalement réussi à s’imposer en NASCAR Nationwide Series. Le pilote spécialiste des courses routières s’est imposé dimanche lors des NAPA Auto Parts 200 sur le Circuit Gilles Villeneuve après un final à couper le souffle l’opposant à Max Papis.

Cette épreuve de Montréal a une nouvelle fois tenu toutes ses promesses avec de grosses bagarres en piste et des rebondissements jusqu’à l’arrivée.

Après que le leader Robby Gordon soit tombé en panne d’essence lors du dernier restart sous le régime du green-white-checkered-flag, Said s’est fait dépasser par Papis à l’entrée de la dernière chicane. Mais Papis est sorti trop large du virage n°14 et les deux pilotes se sont retrouvé côte à côte pour une arrivée digne des courses de dragster dans la dernière ligne droite.

Papis a perdu une fraction de seconde en atteignant le limiteur en deuxième vitesse, mais cela ne l’a pas empêché de disputer la victoire à Said jusqu’à la ligne. Said s’est finalement imposé avec 0.012 seconde d’avance, soit le plus petit écart jamais enregistré dans une course routière en Nationwide et le cinquième plus petit écart dans l’histoire de la série.

Cette victoire est beaucoup plus qu’une première pour Said âgé maintenant de 47 ans. C’est également la première victoire en Nationwide du propriétaire de la voiture Robby Benton et la première pour le duo formé par Said et son crew chief Scott Zipadelli.

Le local de l’étape, le pilote Jacques Villeneuve a terminé troisième devant Brad Keselowski, qui grâce à ce nouveau bon résultat augmente son avance au championnat sur son rival Carl Edwards. Ce dernier très malchanceux a terminé 20ème.

Paul Menard a coupé la ligne en cinquième position devant Joey Logano, J.R. Fitzpatrick, Parker Kligerman, Justin Allgaier et Trevor Bayne qui ont complété le Top-10.

La course, qui laissera une nouvelle fois beaucoup de regrets au poleman Marcos Ambrose (abandon sur problème électrique après avoir mené 25 tours) a été un vrai cauchemar pour le tenant du titre Carl Edwards. Le pilote de la Ford n°60 a mené 29 tours avant de casser sa track bar à seulement huit tours du drapeau à damier.

Avant cela, Edwards possédait presque trois secondes d’avance sur Gordon quand Michael Annett a percuté le mur dans le virage n°4 forçant les officiels à neutraliser la course après 42 tours sous drapeau vert.

Deux autres neutralisations ont prolongé la course de trois tours, assez pour vider le réservoir de Gordon. En tête du peloton au 76ème tour, Gordon n’a pas pu en boucler un de plus et a finalement été classé 14ème.

Mais ce qui restera dans les mémoires, c’est bien cette incroyable arrivée à la mode dragster entre Papis et Said.

consequat. Donec ut Aliquam ipsum nec