Kyle Busch continue sa saison incroyable en s’imposant sur le plus grand circuit de la saison, le Talladega Superspeedway dans une course qui a connu de nombreux rebondissements.

Après un gros accident ayant impliqué plusieurs voitures à 25 tours de l’arrivée et qui a ruiné les espoirs de Dale Earnhardt Jr. et Tony Stewart, Busch a dû se battre dans les derniers tours et démontrer tout son talent pour aller chercher la victoire. Juan Pablo Montoya, ancien vainqueur des 500 miles d’Indianapolis et pilote de Formule Un, a coupé la ligne à la deuxième place, littéralement collé au pare-choc du vainqueur.

Le septième drapeau jaune de la journée a été sorti dans le dernier tour, signalant la fin de la course quand plusieurs voitures en lutte pour les places d’honneur sont parties en tête à queue derrière les leaders.

La course a connu 52 changements de leader entre 20 pilotes et son dénouement était tout simplement imprévisible tant la tête de la course passait rapidement de main en main dans la deuxième partie de l’épreuve.

Denny Hamlin, qui a roulé avec Stewart et Earnhardt pour la tête du peloton une grande partie de la course a terminé troisième devant le surprenant rookie David Ragan. Brian Vickers a terminé cinquième suivi par Travis Kvapil, Casey Mears, Ryan Newman, Clint Bowyer et Earnhardt, qui a réussi à rentrer dans le Top-10 malgré une voiture endommagée.

Lors du dernier restart, le double champion en titre de la NASCAR, Jimmie Johnson a poussé Michael Waltrip à l’avant du peloton se plaçant ainsi en bonne position. Mais avant le drapeau à damier, les cartes ont été redistribuées à plusieurs reprises et Johnson a finalement coupé la ligne à la 13ème place. Son coéquipier Jeff Gordon, qui a pointé en tête durant quelques tours a terminé 19ème.

Le leader du championnat Jeff Burton, a été impliqué dans le dernier accident et a terminé 12ème.

Stewart a largement dominé le début de la course. Dès le drapeau vert, Earnhardt a entamé sa remontée. Parti dixième, il pointait à la troisième place après dix tours. La journée a été très courte pour le pilote de la Chip Ganassi Racing, Reed Sorenson, qui a abandonné après seulement cinq tours sur des problèmes de moteur.

Derrière les leaders, Stewart, David Ragan et Earnhardt, l’auteur de la pole position Nemechek pointait en quatrième position avec le vétéran Schrader dans son rétroviseur.

Le quadruple champion de la NASCAR, Gordon était remonté de la 20ème à la huitième place sur la piste quand Matt Kenseth a percuté le mur extérieur suite à une crevaison, forçant les officiels à sortir le premier drapeau jaune de la soirée.

Nemechek a alors perdu beaucoup de temps dans les stands quand son équipe a modifié les réglages de sa voiture pour passer d’une configuration ‘Qualification’ à une configuration plus adapter pour rouler en peloton.

Lors du restart, Stewart a conservé la tête devant son coéquipier Kyle Busch, Sadler, Gordon, Brian Vickers, Earnhardt, Ragan, Jamie McMurray, Montoya et Scott Riggs.

Peut de temps après, McMurray et Hamlin ont pris la trajectoire extérieure et ont remonté tout le peloton. Après un push sur McMurray, Hamlin a plongé à l’intérieur pour prendre la tête au 33ème tour.


© Jeff Gross/Getty Images

Au tour 37, le public de l’Alabama s’est très fortement manifesté lorsque son chouchou Earnhardt a coupé la ligne en leader. A cet instant, il est clair que la trajectoire extérieure est la plus rapide. Au 41ème tour, Earnhardt, Gordon, Paul Menard, Newman et Kevin Harvick, parti de la 39ème place sur la grille, dominent les débats.

La course est alors fidèle à ce que tout le monde attend à Talladega, avec des changements de leader réguliers et des passes d’armes impressionnantes. Earnhardt a conservé la tête pendant plusieurs tours, mais Vickers a réussi à prendre l’avantage quelques temps pour montrer sa Toyota.

Earnhardt est ensuite redescendu dans le peloton et a poussé Menard jusqu’à la première place. Montoya a lui aussi reçu un push de la part de Hamlin et a pointé en tête avant qu’Earnhardt ne reprenne les choses en main au tour 53. Les changements de leader sont alors si nombreux qu’il est difficile de savoir qui mène réellement le peloton et combien de temps.

Hamlin, Harvick, Earnhardt: les trois pilotes s’échangent le tête du peloton à plus reprises. Après une séance de ravitaillement sous drapeau vert, c’est Stewart que l’on retrouve devant.

Vickers part alors à la faute en sortant des stands et perd beaucoup de temps retrouvant le peloton à la 30ème place.

Au 70ème tour le Top-10 est occupé par Stewart, Hamlin, Menard, Martin Truex Jr., Kvapil, Johnson, le rookie Michael McDowell, Waltrip, Elliott Sadler et Bowyer. Earnhardt est alors 11ème.


© Kevin C. Cox / Getty Images

Au tour 76, Sam Hornish Jr., a frotté le mur et a dû repasser par les stands. Quatre tours plus tard, Earnhardt est de retour dans le Top-5 juste derrière Johnson. Stewart et Hamlin sont toujours devant.

Earnhardt reprend la tête du peloton au 88ème tour avec le duo Stewart-Hamlin dans son pare-choc. A la mi-couse Earnhardt mène devant Stewart, Hamlin, McMurray, Ragan, Menard, Waltrip, Newman, Truex, et Sadler.

La course ne semblait pas pouvoir échapper à l’un de ces pilotes, mais un écart de Earnhardt provoque un accrochage entre Bobby Labonte et Martin Truex Jr. alors que le peloton roule à quatre de front ne laisse aucune chance à Stewart qui emmène avec lui cinq autres pilotes.