2000-2009 : une décennie de NASCAR Sprint Cup Series (1/10)

2000 : une saison noire

Comme le veut la coutume, la saison s’ouvrait sur le Daytona International Speedway et c’est le champion en titre, Dale Jarrett qui remportait les Daytona 500 pour la troisième fois de sa carrière. Il s’était déjà imposé en 1993 et 1996.

A Rockingham, c’est Bobby Labonte qui terminait sur la victory lane, avant que Jeff Burton, alors pilote de la Roush Fenway Racing, ne s’impose à Las Vegas. La quatrième manche de l’année se tenait à Atlanta et au terme d’une arrivée incroyable, et encore dans toutes les têtes, Dale Earnhardt parvenait à résister à Bobby Labonte pour décrocher sa neuvième victoire sur cet ovale de la Géorgie, ce qui est toujours le record absolu.

Théâtre de la septième manche, le Texas Motor Speedway voyait la toute première victoire en Cup du rookie Dale Earnhardt Jr.. Mark Martin s’imposait ensuite à Martinsville, tandis que Jeff Gordon décrochait sa première victoire de la saison à Talladega. La dixième manche était remporté par Jeremy Mayfield, tant et si bien que lors des dix premières courses de l’année, il y a eu dix vainqueurs différents.

Il faudra attendre Richmond, pour voir un pilote remporter sa deuxième course de l’année et ce sera Dale Earnhardt Jr.. Quelques jours plus tard, le 12 mai, la NASCAR allait connaître son premier drame de l’année avec le décès d’Adam Petty lors d’essais privés sur le New Hampshire Motor Speedway. Comme si cela ne suffisait pas, le 7 juillet c’est Kenny Irwin Jr. qui trouvait lui aussi la mort, toujours lors d’une séance d’essais privés, toujours sur le New Hampshire Motor Speedway.

Sur le circuit routier de Watkins Glen, la rivalité entre Tony Stewart et Jeff Gordon atteignait son paroxysme, les deux hommes s’expliquant même dans la voie des stands au terme de la course après que Stewart ait poussé Gordon en tout début de course. Ce dernier affirmera à Stewart qu’il se vengera en l’envoyant de le mur dès que l’occasion se présentera.

Si la première des deux courses disputées sur le Magic Mile avait été courue sans que les pilotes ne rechignent, la seconde fut le théâtre d’une menace de boycott de l’ensemble du plateau, du fait des deux décès survenus en essais sur cet ovale. Devant la fronde des pilotes, les officiels de la NASCAR furent forcés de discuter pour trouver une solution afin d’assurer une course.

Ce fût chose faite avec l’instauration des plaques de restriction. Pour la première fois donc, ces plaques seraient utilisées ailleurs qu’à Daytona ou Talladega. Du fait des plaques, le spectacle en course fut inexistant et parti depuis la deuxième place, Jeff Burton mena l’intégralité des trois-cents tours de la course pour s’imposer. A l’unanimité les pilotes qualifieront cette course d’ennuyeuse à mourir.

De ce fait, la cinquième épreuve de la saison avec des plaques de restriction se tenait à Talladega à quelques cinq manches du terme de la saison. Et au prix d’une remontée incroyable dans les derniers tours, Dale Earnhardt décrochera sa soixante-seizième et dernière victoire en carrière. C’était également sa dixième victoire sur le Talladega Super Speedway.

L’épreuve d’Atlanta clôturera la saison par le titre de Bobby Labonte. Ce dernier rejoint ainsi son frère et son donc les deux seuls frères dans l’ère moderne de la NASCAR Sprint Cup Series à avoir remporter au moins un titre chacun – Terry avait été sacré en 1984 et 1996 ce qui est encore aujourd’hui le plus gros écart entre deux titres.

L’année 2000 sera également la dernière qui verra Atlanta être la manche finale d’une saison. Puisque l’année suivante, en raison des attentats du 11 septembre, c’est le New Hampshire qui sera la dernière épreuve de la saison. Et depuis 2002, c’est l’Homestead-Miami Speedway qui termine la saison. L’année 2000 a également été la dernière à avoir moins de trente-six courses au calendrier.

Cette course était également la dernière avec la décoration arc-en-ciel de Jeff Gordon. En effet, après huit années complètes et trois titres, il arborerait dès 2001 des flammes rouges sur un fond bleu.

Ce 19 novembre 2000 marque également la 809ème et dernière course de Darrell Waltrip. Le triple champion de la NASCAR Sprint Cup en 1981, 1982 et 1985, tire donc sa révérence après vingt-neuf saisons au plus haut niveau, quatre-vingt-quatre victoires, 276 top-5, 390 top-10, 59 poles, 237 773 tours parcourus dont 23 132 en tête, 15 906 606 dollars de gains, et 282 728,3 miles parcourus.

Darrell Waltrip s’est également imposé aux Daytona 500, c’était en 1989 après dix-sept années d’échec dans cette course. Au début des années 1990 il fondera avec son chef d’équipe Jeff Hammond la DarWal Incorporated. Proche de la banqueroute en 1998, il sera contraint de vendre son écurie.

En 2001, Darrell Waltrip passera consultant pour la chaîne de télévision américaine Fox Sports.

A venir :

– 2001 : la mort d’une légende

consectetur sed Sed neque. libero dolor. odio nunc dapibus suscipit