Kyle Busch s’impose de nouveau à Dover

Qui va donc pouvoir enrayer la domination de la Joe Gibbs Racing ? Depuis trois courses l’écurie fondée par Joe Gibbs a fini sur la Victory Lane grâce aux victoires de Kyle Busch à Richmond puis à Dover et enfin de Denny Hamlin à Darlington.

Jimmie Johnson semblait être l’homme qui pouvait mettre fin à la domination des hommes Gibbs, mais il a commis une erreur en fin de course, un excès de vitesse lors du dernier arrêt aux stands alors qu’il était à la lutte avec Kyle Busch pour la gagne.

Si Kyle Busch était le meilleur sur les relances en début d’épreuve, Jimmie Johnson prenait l’avantage au fur et à mesure que le drapeau vert durait. Mais à force d’ajuster Kyle Busch a réussi à compenser le handicap qu’il avait sur le quadruple champion en titre, à tel point qu’il abordait le dernier cycle de ravitaillement sous drapeau vert, quelques dixièmes devant Johnson.

Le mano a mano entre Kyle Busch et Jimmie Johnson pour la tête de la course :



Mais en repartant de son emplacement Jimmie Johnson, sans doute trop pressé de vouloir remettre la pression sur son adversaire, a commis l’irréparable en étant en excès de vitesse. Il sera immédiatement pénalisé d’un passage obligatoire par les stands ce qui lui fera perdre un tour et toute chance de victoire alors qu’il avait dominé la course en menant pas moins des 225 tours sur les 363 qui avaient alors été couverts.

Débarrassé de son plus féroce adversaire, Kyle Busch n’a plus eu qu’à gérer la fin de course et l’avance d’environ cinq secondes qu’il possédait sur Jeff Burton. Le pilote de la Richard Childress Racing a conservé sa deuxième place mais a été repoussé à 7,551 secondes de du plus jeune des frères Busch pour ce qui est le plus gros écart à l’arrivée cette saison.

La pénalité de Johnson et la victoire de Kyle Busch :

Matt Kenseth, Denny Hamlin et David Reutimann complètent le top-5 de cette course, alors que Greg Biffle, Kevin Harvick, Carl Edwards, Tony Stewart et Joey Logano se classent parmi les dix premiers.

La Earnhardt Ganassi Racing aura connu une course difficile à Dover puisqu’elle ne classe aucun de ses pilotes dans le top-30, puisque tant Montoya que McMurray ont rencontré des problèmes mécaniques, le Colombien devant même abandonner sur un soucis de suspension.

Sam Hornish Jr. n’a également pas été à la fête puisqu’il a été à l’origine de deux des cinq neutralisations à chaque fois pour avoir frotté le muret, à l’extérieur la première fois puis à l’intérieur quelques dizaines de tours plus tard.

Marcos Ambrose, ancien pensionnaire du V8 Supercars australien s’est lui aussi fait remarquer en allant à deux reprises dans le mur extérieur et causant deux neutralisations. Il sera contraint à l’abandon et sera classé trente-sixième.

La cinquième et dernière neutralisation sera causée par Kurt Busch au tour 287, le champion 2004 de la série allant lui aussi taper le muret dans le virage n°2, puis plus durement dans le n°4 quelques instants plus tard à la suite d’une crevaison engendrée par le premier contact. Le pilote de la Penske Racing parviendra tout de même à terminer dix-neuvième de la course, à deux tours, juste derrière son équipier Brad Keselowski.

La Hendrick Motorsports, pourtant dominatrice avec Jimmie Johnson n’a pas placé le moindre de ses pilotes dans le top-10, puisque son meilleur représentant, Jeff Gordon ne termine qu’en onzième position. Mark Martin arrache la quinzième place, soit une position de mieux que Jimmie Johnson. Dale Earnhardt Jr. a une nouvelle fois connu des problèmes mécaniques. Jamais dans le rythme avant ses soucis, il termine trentième à dix tours.

dictum tempus amet, Curabitur Nullam elit. sed et,