Denny Hamlin mister Pocono

C’est un Denny Hamlin rempli d’émotion qui a quitté sa voiture sur le victory lane. En effet, vendredi le pilote de la Joe Gibbs Racing avait eu la douleur de perdre sa grand-mère et il n’a pas manqué de lui dédier cette victoire obtenue sur le Pocono Raceway pour les Sunoco Red Cross Pennsylvania 500.

A treize tours du but, dans un restart, le dernier, qui sentait la poudre, Clint Bowyer alors leader surprise conservait la tête de la course et prenait quelques longueurs d’avances sur ses poursuivants grâce au clean air. Mais Denny Hamlin et Juan Pablo Montoya parvenait à revenir sur le pilote de la Richard Childress Racing puis tour à tour à le dépasser.

Denny Hamlin : “Nous étions très proche de gagner quelques courses cette année. Nous avions les anges avec nous aujourd’hui. Patrick Mullen – le spécialistes des pneus dans l’équipe – a perdu sa mère il y quelques semaines, et moi ma grand-mère il y a quelques jour. J’étais très agressif pour décrocher la victoire pour elles. Nous avions la meilleure voiture et je n’ai pas pensé à autre chose que la victoire. J’étais à cent vingt pour cent.”

Hamlin mènerait les dix derniers tours sans être inquiété par le Colombien et décrochera ainsi sa première victoire de la saison, sa troisième sur le rovale de Pocono. Juan Pablo Montoya se rattrape donc de sa bévue de la semaine passée en se classant deuxième devant Clint Bowyer, Sam Hornish Jr. et Kasey Kahne.

Juan Pablo Montoya : “Nous avions une voiture de jouer la gagne. Et je pense que nous aurions pu résister à Hamlin si nous avions été devant. Si Je fais le Chase personne ne se souviendra qui a gagné ou non. Le 18 – Kyle Busch – a gagné trois fois cette année… Vous voyez ce que je veux dire ? S’il ne se qualifie pas, tout le monde oubliera qu’il a trois victoires.”

Brian Vickers a une nouvelle fois démontré qu’il était encore un client potentiel pour une place dans les playoffs en se classant sixième devant les compères de la Hendrick Motorsports mark Martin et Jeff Gordon. Kurt Busch et Tony Stewart complètent dans cet ordre le top-10.

Gordon et Johnson occupaient la première ligne de la grille de départ et le triple champion en titre était le plus prompt à s’élancer. Il mènera les vingt-deux premiers tours, soit jusqu’au premier drapeau jaune sorti par les officiels pour vérifier les pneumatiques suite à la pluie qui était présente tout le week-end.

Tony Stewart avait récupéré la pole position par défaut mais son changement de voiture suite à son crash lors des essais l’a fait partir du fond de grille. Stewart aura d’ailleurs été en difficulté en début d’épreuve. Il perdra d’ailleurs un tour avant la première neutralisation puisqu’il a décidé de repasser par les stands, mais il sera remis dans le tour dès le drapeau jaune.

Ce n’est que par de petits ajustements que Stewart et son chef d’équipe Darian Grubb réussiront à améliorer cette Chevrolet Impala SS n°14.

David Stremme et Robby Gordon auront été les deux animateurs du milieu de course. Les deux hommes seront d’ailleurs à l’origine de deux drapeaux jaunes après s’être cherché à de nombreuses reprises. Les officiels de la NASCAR décideront de les pénaliser de cinq tours à leur stand.

Victime de problèmes moteur, son équipe changera les bougies en plusieurs fois, Jimmie Johnson s’est retrouvé à trois tours, mais à l’instar de Paul Menard plus tôt dans la course, il a bénéficié à trois reprises du free pass pour récupérer un à un ses tours de retard. Un temps dans le top-10 dans les derniers tours, il se classera finalement treizième.

La neuvième neutralisation sera causée par l’accrochage entre Marcos Ambrose et David Reutimann, ce dernier ayant été victime d’une poussette très appuyée de Denny Hamlin en sortie du virage n°3.

La dernière neutralisation sera celle qui impliquera le plus de pilotes. Dans le virage n°1 à dix-neuf tours du but David Ragan a poussé le champion 2000 de la NASCAR Sprint Cup Series s’en est suivie une réaction en chaîne impliquant quatre autres pilotes que sont Joey Logano, Jeff Burton, Reed Sorenson et Michael Waltrip.

Très enclin à rencontrer le mur ces dernières semaines, Kyle Busch a encore frappé ce lundi à Pocono, au tour n°173. S’il gagne malgré tout une place au classement général, il a perdu des points qui pourraient s’avérer précieux au soir de la vingt-sixième manche à Richmond.

Tony Stewart conserve bien évidemment la tête du championnat avec 197 longueurs d’avance sur Johnson. Matt Kenseth gagne une place au profit de Greg Biffle qui se retrouve dernier qualifié. Kyle Busch, Brian Vickers et Clint Bowyer gagnent eux aussi une place, alors que David Reutimann a fait la mauvaise opération puisqu’il recule en seizième position.

ante. quis, dolor libero facilisis sit commodo ultricies ut leo.