2000-2009 : une décennie de NASCAR Sprint Cup Series (2/10)

2001 : la mort d’une légende

Après la tragique saison 2000, trois décès durant l’année, deux en Cup, et celui de Tony Roper en Truck Series au Texas le 13 octobre, il était impensable d’imaginer le pire pour cette année 2001. Pourtant le 18 février, jours des Daytona 500, la NASCAR allait de nouveau écrire une page sombre de son histoire.

Alors qu’il était troisième derrière ses deux protégés, Michael Waltrip et son fils Dale Earnhardt Jr., Dale Earnhardt se tenait sur la ligne du milieu mais allait soudainement descendre sur la voiture de Sterling Marlin qui n’a pu l’éviter. La Chevrolet n°3 remontait alors vers le mur extérieur et se fera percuter par Ken Schrader. Dale Earnhardt décèdera quelques heures plus tard à l’hôpital. Cette course fut remportée par Michael Waltrip, sa première en 463 départs.

La semaine suivante, c’est Steve Park, le troisième pilote de la Dale Earnhardt Incorporated, qui remporta la course disputée sur l’ovale de Rockingham. A Las Vegas, c’est Jeff Gordon qui s’imposait avant qu’à Atlanta, Kevin Harvick ne résiste à Jeff Gordon pour remporter sa toute première course en carrière pour son troisième départ.

Là encore, l’émotion était à son maximum, puisque Kevin Harvick, qui arborait le n°29 était le remplaçant de Dale Earnhardt au sein de la Richard Childress Racing. L’arrivée de cette course était également une copie de la saison passée, lorsque Dale Earnhardt avait battu de quelques millièmes Bobby Labonte.

Pour le retour de la NASCAR Sprint Cup Series à Daytona, tous les regards étaient bien évidemment tournés sur Dale Earnhardt Jr. Le pilote de la DEI remportera cette course, la première de ses trois victoires cette année là.

Pour l’arrivée de la NASCAR Sprint Cup Series sur le Chicagoland Speedway, c’est le rookie Kevin Harvick qui décrochait la victoire, sa seconde en carrière. A noter qu’à l’époque l’épreuve se déroulait de jour, mais depuis 2008 c’est un rendez-vous nocturne.

Le 19 août, sur le Michigan International Speedway, pour la vingt-troisième manche de la saison, Sterling Marlin s’impose, signant la première victoire de Dodge depuis son retour à la compétition au début de l’année.

Dale Jr. remportera également la course de Dover du mois de septembre, la première course à s’être tenue après les attentats du 11 septembre, puis il s’imposera quelques semaines plus tard pour la première fois de sa jeune carrière sur le Talladega Superspeedway.

Au lieu de se terminer à Atlanta, la saison se termine donc au New Hampshire, mais sans réel enjeu, puisque Jeff Gordon a décroché son quatrième titre de champion après 1995, 1997 et 1998, son premier sans avoir Ray Evernham comme chef d’équipe. Comme à chaque fois qu’il a été champion, Gordon est le pilote le plus victorieux, avec seulement six succès cette année là (Las Vegas, Dover, Michigan, Watkins Glen, Indianapolis et Kansas, gagnant sur cet ovale pour la première venue de la série).

Au New Hampshire c’est finalement Robby Gordon qui s’impose. Le pilote de la Richard Childress Racing remporte ainsi sa première course en carrière après avoir écarté de son chemin un certain Jeff Gordon.

2001 sera également l’année qui aura vu le plus de vainqueurs différents en une saison dans l’ère moderne de la NASCAR avec dix-huit vainqueurs avec : Michael Waltrip, Steve Park, Jeff Gordon, Elliott Sadler, Dale Earnhardt Jr., Robby Gordon, Jeff Burton, Kevin Harvick, Rusty Wallace, Dale Jarrett, Bobby Hamilton, Tony Stewart, Ricky Rudd, Bobby Labonte, Sterling Marlin, Ward Burton, Rick Craven, Joe Nemechek et Bill Elliott.

A venir :

– 2002 : des rookies aux dents longues

venenatis Phasellus at Praesent ut eget ultricies nec tempus dolor