Power s’impose dans une course dantesque

C’est par un temps ensoleillé et 31°C que les pilotes ont effectué leur retour en course devant des tribunes garnies de spectateurs brésiliens venus encourager les enfants du pays. Pourtant le soleil présent lors de la mise en route des moteurs a vu quelques gouttes de pluie venir s’inviter à quelques minutes du départ.

Au départ Dario Franchitti a immédiatement profité de sa Pole Position pour passer sans encombre la première chicane devant Alex Tagliani. Derrière c’est la panique la plus totale. Takuma Sato parti depuis la 10ème position a mal apprécié le niveau d’adhérence offert par la partie en béton (retravaillé pendant la nuit) et a manqué son freinage. Toutes roues bloquées, il est venu percuter Scott Dixon qui par conséquent a pris au piège Helio Castroneves. Les deux hommes ont cependant pu repartir.

En revanche il n’en fut pas de même pour deux autres pilotes eux aussi victimes de l’incident à la chicane. Devant un embouteillage et dans un nuage de poussière, Marco Andretti a choisi de court-circuiter la chicane pour éviter les voitures en perdition. Mario Moraes l’a imité mais lui aussi a perdu le contrôle de sa voiture. En glissade derrière la Dallara numéro #26, le Brésilien est venu percuter violemment le jeune Marco tant et si bien que sa voiture a décollé et atterrit sur le casque d’Andretti ! A ce moment un vent de panique habitait tous les observateurs devant les images de Marco Andretti. Fort heureusement, il a pu être évacué de sa monoplace par les sauveteurs sain et sauf.

8 tours sous safety-car auront été nécessaires pour nettoyer la piste. Et à l’agitation du drapeau vert, Franchitti mène devant le surprenant Tagliani et Ryan Hunter-Reay. Pendant trois boucles, Tagliani est au contact de l’Ecossais et ne cesse de le harceler pour prendre la tête. Ses pneus tendres à ce moment lui offrent un grip maximal sur cette piste très difficile. Au 12ème tour l’écart n’est que de 6 dixièmes entre les deux hommes.

Mais à partir de ce moment, Tagliani souffre de problèmes d’adhérence et subit la pression d’Hunter-Reay. Si bien qu’au 18ème tour, le pilote Andretti Autosport attaque le Québécois au virage 11 et s’empare de la deuxième position. La différence de vitesse entre les deux pilotes est claire et Hunter-Reay décroche immédiatement Tagliani.

Au 18ème tour, Simona de SIlvestro aux portes du top-10 marque son premier arrêt au stand. Quatre tours plus tard, Milka Duno est arrêtée au milieu de la piste dans le virage 4 et provoque la deuxième neutralisation. Les leaders rentrent aux stands pour ravitailler et chausser des gommes fraîches. Dans les stands, la bagarre est intense entre les deux coéquipiers, Hunter-Reay et Kanaan qui ressort juste derrière la voiture numéro #37.

Une fois tout ce petit monde de retour en piste, Franchitti est deuxième derrière la Suissesse Simona de Silvestro ! Ayant ravitaillé au 18ème passage, la pilote HVM se retrouve avec une stratégie hors séquence. Pari audacieux puisque de la pluie est annoncée dans quelques instants. Pour sa première course, elle mène donc ses premiers tours en carrière.

Le restart intervient au 26ème tour avec de Silvestro en tête. A la sortie de l’épingle au virage 11, les pilotes sont en travers avec les premières gouttes de pluie. Franchitti alors deuxième perd sa position face à Hunter-Reay. Au tour suivant il s’attaque à de Silvestro, impuissante face à la domination à cet instant du pilote Andretti Autosport. Derrière eux, la lutte est intense pour la quatrième position. Dan Wheldon s’oublie au freinage du virage 5 freinage et vient percuter Kanaan qui du coup s’encastre dans la boîte de vitesse de Tagliani qui doit mettre pied à terre.

Au 30ème tour, Hunter-Reay est en tête mais déjà les conversations radios ont pour principal objet la pluie. Et celle-ci n’a pas manqué. Des trombes d’eau s’abattent soudainement sur la piste. Ana Beatriz et Danica Patrick en sont les premières victimes et partent en tête-à-queue, imitées ensuite par Alex Llyod. Les autres voitures rentrent aux stands pour monter les pneus pluies. La course est neutralisée puis le drapeau rouge est sorti. En effet même sous neutralisation, la piste est devenue impraticable.

Image amusante, alors qu’habituellement les spectateurs se couvrent dès les premières gouttes (et facilite ainsi la perception de la pluie aux écuries), ici il n’en est rien. Les Brésilien continuent de chanter et danser dans les tribunes.

45 minutes auront été nécessaires pour sécher la piste. Les voitures ont repris la piste au 37ème tour et quelques pilotes rentrent aux stands pour passer en pneus slicks. La course est relancée au 38ème tour avec Franchitti en tête devant Scott Dixon, Mike Conway et Justin Wilson.

Au 40ème tour, c’est la consternation dans le clan HVM Racing. Simona de SIlvestro est rentrée aux stands et la voiture doit être inspectée par ses mécaniciens. La belle histoire s’arrête là mais quel début pour la rookie !

Au 42ème passage, la course s’anime. Hunter-Reay s’attaque à Helio Castroneves pour la cinquième position à la chicane et dépasse le pilote Penske. Dans le même temps, Dixon, Conway, Wilson et Castroneves rentrent aux stands pour monter des pneus slicks. Ils seront imités par Franchitti un tour plus tard.

Hunter-Reay récupère donc la tête pour six secondes devant Ryan Briscoe qui s’est bien employé pour remonter suite à sa mésaventure du départ. Remonté à bloc, l’Australien sent que la victoire est à sa portée. Il reprend jusqu’à 2,5 secondes par tour à l’Américain ! Au 50ème tour, le pilote Penske s’empare du commandement pour quelques mètres seulement avant qu’Hunter-Reay ne récupère son bien. La bagarre entre les deux pilotes est splendide et tout le monde est debout pour observer le duel que nous offrent ces deux magnifiques pilotes. Finalement le troisième affrontement sera le bon pour Briscoe qui prend la tête de la course au virage 11 à 11 minutes de la fin de course.

Au 54ème tour et à moins de 10 minutes de la fin de course c’est la stupeur ! Briscoe est dans le mur de pneus au virage 5. Au freinage, l’Australien a bloqué sa roue avant gauche au passage d’une bosse et n’a pas pu inscrire sa monoplace dans la courbe à droite. Le drapeau jaune est sorti et la fin de course nous annonce une superbe lutte pour la victoire. A ce moment le top-7 de la course est composé de sept écuries différentes : Andretti Autosport (Hunter-Reay), Penske (Power), Luczo Dragon/de Ferran (Matos), A.J. Foyt Entreprises (Meira), Panther Racing (Wheldon), Chip Ganassi (Dixon) et Dreyer&Reinbold (Conway).

A 6 minutes 30 de la fin le drapeau vert est agité. Derrière la monoplace numéro #37, la lutte est acharnée pour le podium. Meira passe Matos pour la troisième position. En tête de course, Power est revenu à 6 dixièmes seulement d’Hunter-Reay. Le pilote Penske l’attaque au 58ème tour et s’empare de la tête de course qu’il ne lâchera plus jamais. Derrière Franchitti manque de sortir son coéquipier alors qu’il le met sous pression.

A l’arrivée d’une course qui se sera terminée à la limite des deux heures, Will Power remporte les Sao Paulo Indy 300 d’une fort belle manière et retrouve la Victory Lane après son terrible accident de Sonoma, l’été dernier. Sa victoire par la même occasion peut rassurer tous ses supporters puisque sur une piste aussi bosselée et physique, l’Australien a répondu présent et se place comme un sérieux candidat au titre.

Hunter-Reay termine deuxième pour sa première course avec Andretti Autosport et marque le retour de l’écurie au premier plan. Espérons pour lui qu’il puisse disputer l’intégralité de la saison car à l’instar de Power l’année passée, il sera un prétendant à la victoire à chaque apparition.

Le podium est complété par Meira pour son retour à la compétition après son effroyable accident d’Indianapolis. Le reste du top-5 est assez inhabituel avec Matos et Wheldon qui s’en est très bien sorti sur un type de circuit qu’ils n’apprécient pas.

lectus dictum diam adipiscing sed felis eleifend sit