Mattias Ekström progresse à Sonoma

Mattias Ekström n’avait pas caché sa joie lors des tests qu’il avait effectués sur le Virginia International Raceway au début du mois dans la Toyota n°83. La NASCAR lui avait toujours plu et le simple fait d’avoir conduit l’une de ces voitures l’avait grandement enthousiasmé.

Le Suédois n’est pas un pilote lambda derrière un volant puisqu’il est double champion DTM 2004 et 2007 ainsi que triple vainqueur de la Race of Champions (2006, 2007 et 2009), ce qui démontre bien sa faculté d’adaptation rapide à tout type de voitures.

L’arrivée d’Ekström à Sonoma n’est pas passée inaperçue et les médias américains savaient qu’ils avaient en face d’eux un pilote sympathique et très rapide.

Cette rapidité ne s’est pas encore vraiment vue en piste mais on note de gros progrès. Entre la première et dernière séance d’essais, le pilote Audi en DTM est remonté de la quarantième à la vingtième place à l’écart par rapport à Marcos Ambrose (qui a dominé toutes les séances d’essais) est passé de 2.030 seconde à 1.244 seconde.

Pas mal pour un pilote qui n’avait jamais piloté de voiture de NASCAR (excepté son essai sur le VIR) et qui ne connaissait absolument pas le tracé. De plus, pour faire la comparaison avec un Marcos Ambrose, les voitures de DTM sont beaucoup éloignées d’une voiture de NASCAR que ne l’est une voiture du V8 Supercars en Australie.

Qualifié seulement 38ème, Ekström devrait vite remonter mais attention à ne pas commettre d’impairs. Les voitures en un seul morceau sont toujours plus rapides qu’une voiture amochée. De plus, la différence entre des pilotes spécialistes des circuits routiers et des pilotes peu à l’aise sur ce type de tracé est beaucoup plus criante en course qu’en essais. Le suédois devra donc être très vigilant lors de sa remontée.

Au final, difficile de dire où terminera Mattias Ekström. La course est très longue que ce soit en terme de distance ou en temps, et gare à la déconcentration pour un pilote peu habitué à ce type de week-end. Un top-10 final est toutefois envisageable si Red Bull arrive à mettre la main sur les bons réglages en course.

Mattias Ekström : “C’est toujours super de découvrir quelque chose de nouveau. Lors de mon test sur le VIR, je me sentais vraiment comme chez moi. Et maintenant je découvre la course, c’est encore mieux ! La plus grosse difficulté sera la présence de 42 concurrents alors que je n’en ai que 18 en DTM. Je suis persuadé que ce sera très intéressant et je suis vraiment impatient de prendre le départ.”

elementum leo Aliquam nunc fringilla id, Donec venenatis mi, eleifend