1998, la délivrance

1998 la délivrance

La troisième partie se concentre sur l’édition 1998 des DAYTONA 500 et la victoire de Dale Earnhardt dans la plus grande course de la saison NASCAR, bref la délivrance après tant d’échecs.

Avant ce 15 février 1998, ils ne sont que cinq à avoir réalisé le grand chelem officieux de la NASCAR. Un grand chelem qui consiste à avoir à son palmarès, au moins un titre de champion, un DAYTONA 500, un Coca-Cola 600, un Winston 500 et un Southern 500. Ces cinq pilotes sont Richard Petty, David Pearson, Bobby Allison, Buddy Backer et Darrell Waltrip.

Pour la quarantième édition des DAYTONA 500, ils sont 58 pilotes engagés pour 43 places sur la grille. La pole est l’œuvre de Bobby Labonte qui partage la première ligne de la grille de départ avec son grand frère, Terry. Lors des courses qualificatives, Dale Earnhardt s’impose une fois encore et s’assure un départ en deuxième ligne.

Les 125 premiers tours de la course se déroulent sans la moindre intervention de la voiture de sécurité. Au final, elle n’interviendra que trois fois. Ce qui permet à cette édition de devenir la deuxième plus rapide de l’histoire à 172,712 mph de moyenne. Le record date de l’édition 1980 remportée à 177,602 mph de moyenne.

Après une saison 1997 vierge de toute victoire, pour la seconde fois de sa carrière depuis qu’il est à temps plein, il débute à presque 46 ans une vingt-quatrième saison dans la division reine de la NASCAR.

Dominateur une fois encore

Dominateur lors du premier quart de la course avec 34 tours menés sur les 58 premiers, il laisse Jeff Gordon, vainqueur de cette course en 1997 mener le deuxième quart. Le troisième quart n’est pas dominé par un pilote en particulier. C’est au tour 140 que Dale Earnhardt prend définitivement les commandes de la course. Il mène les 61 derniers tours  pour remporter sa soixante-et-onzième victoire en NASCAR Cup Series.

La course se termine sous drapeau jaune à la suite d’un accident dans la ligne droite arrière du dernier tour, entre Lake Speed et John Andretti. Qu’importe, sous drapeau jaune ou sous drapeau vert, une victoire est une victoire. Pour Dale Earnhardt la malédiction est vaincue.

Enfin, Dale Earnhardt parvient à remporter la course et l’hommage est unanime une fois la ligne d’arrivée franchie. Tous les mécaniciens de toutes les équipes s’alignent dans la voie des stands et viennent le féliciter. Sur la Victory Lane il porte le Harley J. Earl Trophy d’une main et lève le point de l’autre. Cette posture lui vaudra une statue à l’entrée du Daytona International Speedway. Sculptée par John Lajba, cette statue trône au 1801 West International Speedway Boulevard, Daytona Beach, Floride.

En ce 15 février 1998, Dale Earnhardt, rejoint les cinq champions cités précédemment au rang des détenteurs du grand chelem officieux de la NASCAR. Depuis, deux seulement les ont rejoints, Jeff Gordon et Jimmie Johnson. Cette course sera la seule des trente-trois qu’il gagnera en 1998. Il terminera finalement la saison en huitième position, son pire classement depuis sa douzième place acquise en 1992. Qu’importe, 1998 marque l’année de la délivrance dans la plus grande course de la saison.

Daytona et Earnhardt des noms indissociables

Introduction
Partie 1 : Mister Restrictor Plate
Partie 2 : The Great American Race lui résiste

Commentaires