Montagny et Sarrazin remportent le « Mini Le Mans » !

C’est à une drôle d’édition du Petit Le Mans que nous avons assistée. Prévue pour durer 10 heures, l’épreuve a été interrompue après 8h44, alors que les voitures étaient bâchées depuis presque quatre heures.

Une pluie diluvienne a en effet entraîné la sortie du safety car puis le brandissement du drapeau rouge. La piste détrempée était devenue impraticable en raison des nombreuses rigoles d’eau et de boue qui s’était formées. Les officiels avaient espéré relancer la course, mais même si la pluie avait un peu baissé, la piste aurait nécessité trop de temps pour être nettoyée.

Le classement du 184ème tour est donc devenu le classement final de l’épreuve. Franck Montagny sont les vainqueurs de cette édition, devant leurs équipiers chez Peugeot, Nicolas Minassian et Pedro Lamy. Allan McNish et Rinaldo Capello complètent le podium pour Audi, alors qu’ils avaient mené la quasi-totalité de la course jusque-là.

Allan McNish pourra en effet longtemps regretter ses deux tête-à-queue, le premier derrière le safety car en chauffant ses pneus et le second au restart sur la piste détrempée. Ce n’est qu’à la faveur du premier qu’il a concédé la tête de la course aux deux Peugeot.

Parties en première ligne, les deux Peugeot ne pouvaient résister en début de course face à des Audi très rapides. Allan McNish prenait la tête dès le premier tour et s’échappait d’emblée.

Peu à leur aise sur une piste ni sèche ni franchement mouillée, les Peugeot étaient vraiment en difficulté en début de course. La n°08 concédait même un tour au leader.

Stéphane Sarrazin : « Nous avons pris le départ sur le mouillé et c’était difficile avec des réglages pour le sec. Nous étions loin derrière. Mais sur le sec, nous avons pu pousser très fort et regagner le temps perdu. J’ai pu rattraper les Audi et il n’a pas été trop difficile de les dépasser. »


© www.americanlemans.com

La piste s’asséchant, les Peugeot retrouvaient de leur superbe. Franck Montagny parvenait à se dédoubler lors d’un relais impressionnant et une bonne gestion des safety car par l’équipe permettait à la 08 et à la 07 de revenir dans les échappements de l’Audi de tête.

Les deux Peugeot prenaient la tête sous drapeau jaune grâce à l’erreur de McNish. Puis le déluge s’abattait sur le circuit, envoyant de nombreuses voitures dans le décor, dont les deux Audi. Le safety car entrait à nouveau en piste et au bout de plusieurs tours à allure réduite, les officiels décidaient d’interrompre la course.

Derrière les deux Peugeot et les deux Audi, le team ORECA décroche la palme officieuse du meilleur proto essence. Olivier Panis, Nicolas Lapierre et Romain Dumas ont été très convaincants pendant la course mais ils n’ont pu suivre le rythme des diesels. Ils n’ont cependant eu pas trop de mal à finir devant l’Acura du Highcroft Racing, pourtant engagée à plein temps en ALMS.

Scott Sharp et David Brabham sont maintenant quasi assurés du titre LMP1. La course du De Ferran Motorsport a en effet été désastreuse. Très bien parti, Gil de Ferran occupait la troisième place en début de course mais était heurté par la Lola de Jon Field, auteur d’une manœuvre ridicule. Suspension abimée, il a fallu plus de dix tours pour réparer. Puis Scott Dixon, reparti au volant de l’Acura n°66, partait dans une pile de pneus, sans doute sur un problème mécanique.

Au final, Gil de Ferran, Simon Pagenaud et Scott Dixon sont classés 24ème à 48 tours. Ce sont les derniers espoirs de titre qui s’envolent.

Du côté des LMP2, la victoire revient à la Lola Mazda du Dyson Racing pilotée par Marino Franchitti/Butch Leitzinger/Ben Devlin, même si sur la piste c’est la voiture sœur de Guy Smith/Chris Dyson qui passait la ligne en premier. Mais la n°16 roulait avec un carburant expérimental et était donc engagée hors catégorie.

Quant aux champions 2009 Adrian Fernandez et Luis Diaz, ils n’ont jamais été dans le coup pendant la course.


© www.americanlemans.com

Contrairement à la famélique catégorie LMP2, la bagarre a été somptueuse en GT2. Tous les favoris ont répondu présents. Porsche, BMW, Corvette et Ferrari se sont échangés la tête à plusieurs reprises et ont roulé en paquet pendant la majeure partie de la course. C’est finalement la Ferrari de Mika Salo/Pierre Kaffer/Jaime Melo qui remporte l’épreuve devant la BMW de Dirk Müller/Tom Milner/Jörg Müller.

Seulement cinquième, Patrick Long et Jörg Bergmeister vont encore devoir patienter pour s’assurer du titre.

Rendez-vous est donc pris pour la finale du championnat ALMS à Laguna Seca le 10 octobre.

risus. at luctus venenatis leo. Donec