2001, une fin tragique sur le lieu des exploits

DAYTONA 500 2001, une fin tragique

Le quatrième article de la série se concentre sur la fin tragique connue par le septuple champion NASCAR Cup Series en 2001 à Daytona.

Dale Earnhardt termine la saison 2000 à la deuxième place à 265 points du champion Bobby Labonte. Alors qu’il approche de la cinquantaine, il sait sa carrière à son crépuscule. Vice-champion pour la troisième fois de sa carrière après 1989 et 1995, il termine la saison 2000 sans le moindre abandon. Seul le champion fait aussi bien que lui dans cette statistique. Cette saison 2000 marque ses deux dernières victoires en carrière sur les pistes d’Atlanta et Talladega.

Malheureusement pour Dale Earnhardt, deux accidents, un à Bristol au printemps l’autre à Watkins Glen durant l’été lui coûtent cher. Il en va de même pour ses performances moyennes sur les ovales intermédiaires.

Il aborde la saison 2001 avec l’objectif de faire mieux qu’en 2000. Battu dans le dernier tour par Sterling Marlin lors de sa Duel, il ne remporte pas la moindre épreuve à Daytona avant les DAYTONA  500 pour la seconde année de suite et la troisième fois (1989, 2000 et 2001 -ndlr) depuis l’instauration des plaques de restriction.

Inquiet, malgré un début de course parfait

Toujours dans les premières places des DAYTONA 500, il évite tous les accidents, mais se montre inquiet après l’accident du tour 173. Un accident qui évince 18 pilotes de la course à la victoire. Jeff Gordon, les frères Labonte, Jeff Burton, Tony Stewart ou encore Mark Martin font partie des éliminés.

S’il évite les embûches, Dale Earnhardt n’en reste pas moins inquiet. Le package utilisé est le même qu’à Talladega à l’automne précédent. Celui-là même qui lui a permis de remonter dix-sept places en quatre tours pour remporter sa soixante-seizième et dernière victoire en carrière.

« Richard (Childress), s’ils ne font rien à ces voitures, ça finira par tuer quelqu’un. »

Dale Earnhardt

Ces paroles, prémonitoires, Dale Earnhardt les tient à la radio avec Richard Childress, propriétaire de la Richard Childress Racing.

Le chaos, l’inquiétude puis le choc

Alors que le drapeau à damier se rapproche, les deux pilotes de la Dale Earnhardt Incorporated que sont Michael Waltrip et son fils Dale Jr. semblent intouchables. Dale Earnhardt doit jouer battu la troisième place.

Dans le dernier virage du dernier tour, il occupe la troisième position derrière les deux voitures de la DEI. Un contact avec Sterling Marlin envoie la Chevrolet n°3 dans le mur extérieur avant d’être percuté par Ken Schrader.

Le drapeau jaune et le drapeau à damier sont agités simultanément sous le capot de Michael Waltrip vainqueur de sa première course en carrière.

Des pilotes aux spectateurs, en passant par les téléspectateurs et les commentateurs tout le monde est inquiet. L’angoisse va aller grandissante, malgré l’intervention de l’équipe médicale.

Rapidement les secours prennent en charge Dale Earnhardt qui est transporté au Halifax Medical Center de Daytona Beach et c’est à 17 h 16 heure locale que son décès est prononcé.

« C’est sans aucun doute l’une des annonce les plus difficiles que j’ai jamais eu à faire personnellement, mais après l’accident du virage 4 du dernier tour des DAYTONA 500 nous avons perdu Dale Earnhardt. »

Mike Helton, vice-président NASCAR en 2001, lors de l’annonce du décès de Dale Earnhardt aux médias

Un peu plus de deux mois après son accident, Dale Earnhardt aurait eu 50 ans. Cette fin tragique en 2001, encore dans toutes les mémoires des personnes qui suivaient déjà la NASCAR à cette époque, a agi comme un électrochoc et a permis des avancées en matière de sécurité tant sur les voitures que sur les circuits.

Daytona et Earnhardt des noms indissociables

Introduction
Première partie : Mister Restrictor Plate
Deuxième partie : The Great American Race lui résiste
Troisième partie : 1998, la délivrance

Commentaires