Firestone Indy 300 : faits d’après course

Faits :
Quelle saison nous avons vécu en IndyCar ! Avec trois hommes en lutte pour le titre lors de la dernière course, qui plus est dans un scénario où le vainqueur devenait champion, Homestead n’a pas ménagé notre coeur.

Dario Franchitti a remporté les Firestone Indy 300 disputé sur l’ovale d’Homestead-Miami. C’est sa cinquième victoire de la saison.

Après avoir perdu le titre en 1999 face à Juan-Pablo Montoya au nombre de victoires, l’Ecossais est devenu double champion IndyCar. En remportant le championnat 2009, Franchitti a empoché la prime du million de dollars. Auparavant il avait décroché le titre en 2007 alors qu’il pilotait pour Andretti-Green Racing.

Désormais Franchitti est rentré dans le clan des pilotes “multi” champions : Sam Hornish Jr. mène avec trois titres (2001, 2002, 2006), tandis que Scott Dixon en a deux (2003, 2008).

C’est le troisième championnat pour l’écurie Chip Ganassi Racing après ceux gagnés en 2003 et 2008. En réalisant le doublé 2008-2009, elle rejoint Andretti-Green Racing qui a gagné en 2004 avec Tony Kanaan et 2005 avec Dan Wheldon.

Seulement douze points séparent les trois premiers du classement. C’est la troisième plus petite marge de l’histoire du championnat IndyCar. En 2006, deux points séparaient Sam Hornish Jr (475) et Dan Wheldon (475) d’Helio Castroneves (473).

Raphael Matos, pilote Luczo Dragon Racing est devenu le “Rookie of the Year”, récoltant ainsi une prime de 25 000 dollars.

Du côté des écuries les plus victorieuses, Chip Ganassi Racing rejoint AGR en deuxième position avec 34 succès, juste derrière Penske qui en compte 35.

La course est la deuxième plus rapide de l’histoire de l’IndyCar version IRL. Avec une vitesse moyenne de 201,420mph, Homestead se classe derrière l’épreuve disputée en septembre 2003 sur le California Speedway à la moyenne de 207,151mph.

Les Firestone Indy 300 resteront à jamais comme la première course d’IndyCar à ne pas avoir connu de neutralisation. Le record précédent avait enregistré un seul et unique drapeau jaune. Il s’est produit à quatre reprises : deux tours en août 2008 sur l’Infineon Raceway, six tours en septembre 2003 sur le California Speedway, 10 tours en août 2005 sur l’oval de Pikes Peak et en août 2003 au Kentucky.

Déclarations :
Dario Franchitti :Non, non je ne peux pas y croire ! Comme en 2007 j’ai juste dû essayer de sauver du carburant et de rester dans la stratégie. Et ça a fonctionné. La voiture n’était pas géniale durant le premier relai. Chris (Simmons, son crew-chief) et les mécanos ont fait quelques changements. Depuis le second relai, nous sommes tombés juste. Mais nous avions perdu tellement de terrain. On était en train d’économiser du carburant. On respectait la stratégie. La voiture était très bonne à la fin. Une victoire est une victoire. Durant le tour d’honneur, je pensais à mon pote Greg (Moore). J’étais dans une lutte pour le titre il y a 10 ans, mais ce n’était pas important parce que nous venions de le perdre. Celui-là est pour lui. Ca a été une sacré année pour l’équipe Ganassi, je dois remercier Chip pour m’avoir donné cette opportunité.

Ryan Briscoe :C’est plutôt frustrant. C’était l’une des meilleures courses que j’ai disputées. Je déteste que ça se finisse à la stratégie. Dario a été super tout au long de l’année, donc félicitations à lui. Ca me fait mal. Je pensais que ça allait se jouer entre Scott et moi, définitivement. J’imagine que la voiture #10 avait l’avantage.

Scott Dixon :Au début de la course, je pensais que ce n’était pas sage de rouler à fond et de bruler autant de carburant. Cela s’est terminé par être un fait et une vérité. Vous devez seulement l’encaisser dans le menton et essayer l’année prochaine. A la fin de l’année vous pensez que la voiture la plus rapide allait gagner, mais souvent ça n’a pas été le cas. Je pense que Briscoe et moi faisions une bonne course, mais à la fin on a ce qu’on a.

Tony Kanaan :C’était une longue course. Il semble que ces trois gars étaient sur une autre planète. Je pense qu’il y avait une ligue A et une ligue B, mais nous avons essayé. On a fait ce que nous avons pu. la voiture était bien. Elle n’était juste pas assez rapide, donc nous acceptons la quatrième place. Après la saison que nous avons eu, finir avec un top-4 est ce que nous valons.

Raphael Matos :Je suis très heureux. Ca ne pouvait pas être mieux. Je pense que ce titre signifie beaucoup pour moi et l’écurie. Il y a beaucoup de noms célèbres dans l’histoire des Rookies of the Year, et je rêvais de les rejoindre. Je pense que ça montre que nous sommes prêts pour des choses lus grandes dans le championnat.

A présent tous les acteurs vont pouvoir prendre congés et analyser cette saison 2009 qui restera dans les mémoires afin de préparer au mieux le championnat 2010.

nec Sed sed at Donec pulvinar accumsan mattis ipsum vulputate, et, odio