Les pneumatiques encore au centre des débats à Indy

Aric Almirola, Alex Bowman, Denny Hamlin, William Byron, Ryan Newman, tous ont connu des problèmes de pneumatiques lors de l’épreuve d’Indianapolis en NASCAR Cup Series. Pour certains cela s’est terminé de manière violente dans le mur…

Pas moins de huit pilotes ont connu des problèmes de pneumatiques durant les Big Machine Hand Sanitizer 400 sur l’Indianapolis Motor Speedway ce dimanche. De la vibration à l’explosion du pneumatiques, les fortunes ont été diverses.

Aric Almirola a dû s’arrêter hors séquence, mais il a pu remonter le peloton et finalement terminer en troisième position. Erik Jones, Ryan Newman ou encore Denny Hamlin, leader au moment des faits, n’ont pas eu cette chance et ont fini leur course dans le mur.

L’importance de la pression dans les pneumatiques est quelque chose que nous indiquons avant chaque course. Avec le fort appui des voitures de Cup dans les lignes droites, nous demandons aux équipes de respecter nos recommandations de pressions afin de ne pas endommager les pneumatiques.

Greg Stucker, directeur de la compétition chez Goodyear

En effet, avant chaque course Goodyear préconise une pression minimale pour chacun des quatre pneumatiques. Chaque équipe est libre de respecter ou non cette recommandation. Souvent, les équipes choisissent de réduire encore la pression des pneumatiques afin d’augmenter l’adhérence dans les virages. Cette décision peut également s’expliquer par l’absence des essais depuis la reprise de la compétition en mai dernier.

En début de course, sans le bénéfice des essais, les équipes doivent être conscientes de cela. La grande majorité de la course s’est disputée sous la chaleur et les équipes cherchaient de l’adhérence. Lorsque les premiers problèmes sont arrivées, quand la température a diminué et que les vitesses ont augmenté, nos ingénieurs présents sur place ont travaillé avec les équipes, comme il le font chaque semaine, afin de trouver la bonne pression l’avant droit.

Greg Stucker

Parmi les pilotes qui se sont exprimés à l’issue de la course, Denny Hamlin, qui était leader à cinq tours du drapeau à damier, lorsque son pneumatique avant droit a éclaté.

J’avais une voiture rapide et j’étirai mon run, mais je ne poussais pas du tout. C’est le jeu de la roulette. Vous voyez le résultat.

Denny Hamlin

Ce n’est pas la première fois que des problèmes de pneumatiques surviennent sur l’Indianapolis Motor Speedway. Lors de l’édition 2008 les officiels ont été contraints de sortir les drapeaux jaunes afin de limiter les problèmes de pneumatiques. Ce jour-là, les équipes avaient reçu l’ordre de la NASCAR de suivre à la lettre les recommandation de Goodyear en terme de pression minimale dans les pneumatiques.

Cette année Goodyear utilisait les mêmes pneumatiques droits que l’an dernier et apportait de nouveaux pneumatiques à gauche, mais il s’agissait de gommes connues, puisque la marque d’Akron dans l’Ohio avait apporté ces références la semaine dernière pour les deux courses de Pocono.

Les recommandations de Goodyear étaient de 18 psi (1,24 bar) à gauche, 38 psi (2,62 bars) à l’arrière droit et 42 psi (2,90 bars) à l’avant droit.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

dapibus vulputate, libero quis neque. accumsan sed Donec Aliquam odio commodo